ORAN

Responsabilité partagée entre le citoyen et les responsables : Déchets ménagers, Oran veut rattraper son retard

M.A.J

En plus de la pénibilité du travail qu’il effectue souvent avec des moyens et de outils rudimentaires et totalement dépassés, l’agent de nettoiement, ou agent de propreté comme il est qualifié sous d’autres cieux, où le travail est payé et considéré à sa juste valeur, il se trouve que la presque totalité des citoyens et habitants ne contribuent pas à la bonne marche de l’opération d’assainissement et ne facilitent guère la tâche aux agents qu’ils soient fonctionnaires de la commune, ou agents d’entreprises privées. Ce n’est pas uniquement à l’agent de collecte de déchets ménagers de nettoyer à lui tout seul la ville ou la cité, le citoyen, en amont, a son rôle à jouer dans les opérations de nettoyage de la ville, il doit respecter les horaires de passage des camions de collecte, penser à mettre ses propres déchets, en sortant de sa maison, dans des sachets hermétiques et soigneusement fermés, avant de les déposer dans les bacs et veiller ne pas jeter d’ordures par terre, de toutes ces recommandations, les habitants et citoyens issus de toute catégorie sociale ne respectent pas les consignes pour veiller à ce que la cité soit propre. Ces mêmes habitants, exigent que le travail soit fait uniquement par les agents d’entretien, alors qu’eux-mêmes continuent à déverser leurs propres déchets dans la rue. Un manque de civisme des citoyens fait que la situation reste malheureusement toujours avec un goût d’inachevé. Les citoyens devraient respecter les horaires de collecte, pour sortir leurs ordures. Ce manque de civisme ne s’arrête pas au non-respect des horaires de collecte, mais également au non-respect des lieux, puisque beaucoup de citoyens ne jettent quasiment jamais leurs ordures dans les bennes aménagées à cet effet, mais juste à côté, comme pour narguer l’agent de nettoyage qui se retrouve obligé de ramasser ce sac d’ordures, souvent éventré par les animaux errants, venant s’y nourrir. Selon le schéma directeur de la gestion des déchets ménagers et assimilés de la wilaya d’Oran, présentée au siège de la wilaya, la commune d’Oran compte à elle seule 87 dépotoirs sauvages. L’étude a révélé plusieurs dysfonctionnements dans la collecte des déchets au niveau de la commune d’Oran qui se répercutent négativement sur l’environnement, faisant savoir que la commune d’Oran produit 550 tonnes de déchets par jour et que 86% de ce volume de déchets est levé par les agents de collecte et 14% restent dans la nature, soit 77 tonnes par jour. L’exposé met, par ailleurs, le doigt sur un problème de taille, à savoir les chiffres ne reflètent pas souvent la réalité du terrain. A titre d’exemple, l’étude de l’AND révèle que la commune d’Oran paye les salaires pour 3.378 agents de collecte, alors que le P/APC assure qu’il n’a que 442 sur le terrain. Le wali d’Oran a ordonné la mise en place d’une commission pour définir le nombre réel des agents responsables de la collecte des déchets dans la commune d’Oran, déclarant qu' »il est nécessaire d’assainir le secteur. Au sujets d’autres taxes qui impliquent les commerçants et les industriels, il a instruit la direction de l’environnement de commencer par les unités industrielles via une commission mixte avec la direction de l’industrie. L’étude a comporté 10 recommandations en mesure de palier aux défaillances enregistrées et ainsi garantir une meilleure gestion des déchets dans la commune d’Oran.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén