ORAN

Alors que 600 ont été ramassés depuis le début du mois d’octobre : Les migrants clandestins toujours nombreux à Oran

Près de  600 migrants clandestins ont été ramassés depuis le début de ce mois d’octobre, a-t-on appris ce lundi d’une source bien informée à la Direction de l’action Sociale (DAS).
Ces migrants ont été ramassés à travers différents quartiers de la ville d’Oran notamment au centre-ville, à Maraval, Yaghmoracen et à M’dina j’dida, a-t-on indiqué de même source. Des dizaines d’opérations du genre ont été enregistrées depuis le début de l’année en cours et la dernière a été effectuée avant-hier. Cependant, il faut admettre que ces migrants clandestins, des Subsahariens, font désormais partie du décor de la capitale de l’ouest algérien qui s’apprête à accueillir la 19e édition des Jeux Méditerranéens  prévue en 2021. Ces migrants qui demandent l’aumône sont partout. Au niveau des stations de transport en commun, dans les transports notamment dans le tramway, sur les places publiques, devant les restaurants et différents commerces et surtout au niveau des grandes artères de la ville d’Oran, à savoir les rues Larbi Ben M’hidi et Mohamed Khemisti ainsi qu’au niveau de l’avenue Larbi Tebessi (ex Loubet). A la Place des Victoires et sous les Arcades, des familles se sont carrément installées. En plein jour, on voit des jeunes mamans plongées dans le sommeil laissant leurs progénitures, des enfants en bas âge et des bébés, qui s’accrochent aux passants pour demander « la sadaka ». « Nous ne sommes pas racistes, au contraire ils nous font pitié…et nous sommes désolés pour leur situation», explique une jeune femme rencontrée à la rue Larbi Ben M’hidi à la station des bus des lignes 1 et 11. « Cependant, laisser les choses ainsi augmente le manque d’hygiène et, par conséquent, les maladies », a ajouté notre interlocutrice qui interpelle, au nom de tous les Oranais, les autorités concernées à trouver des solutions définitives car leur ramassage par les services concernés au niveau de la wilaya n’est pas la solution idéale puisque ces migrants reviennent chaque fois, a indiqué un citoyen qui attendait lui aussi le bus à la même station. Rappelons que des dizaines d’opérations de ramassage de migrants clandestins ont été effectuées au niveau de la ville d’Oran depuis le début de l’année en cours, en vain. Ces opérations ont permis le ramassage et le rapatriement de plus de 7 000 personnes dont un grand nombre de femmes et d’enfants ces trois dernières années. Ces migrants ont été d’abord placés au centre d’accueil de Bir El Djir pour être ensuite reconduits aux frontières et enfin rapatriés dans leurs pays d’origine Il faut rappeler également dans ce contexte que l’Algérie procède au rapatriement des migrants clandestins en application des  accords conclus entre les autorités de leurs pays et l’Algérie. Ces migrants bénéficient de toute l’assistance requise pour leur prise en charge qu’il s’agisse des contrôles sanitaires, la restauration et autres nécessités. Plusieurs secteurs d’intervention, qu’ils soient sécuritaires ou sanitaires, ainsi que les autorités locales respectives sont mobilisés pour la réussite des opérations de rapatriement. Mais le flux de migrants clandestins ne s’arrête pas et de plus de plus de Subsahariens continuent d’affluer vers Oran et vers plusieurs wilayas du pays.   

Leave a Reply

Theme by Anders Norén