ECONOMIE

Intelligence artificielle : L’Algérie appelée à développer le domaine « le plus vite possible » insiste Bouzid

L’Algérie est appelée à développer le domaine de l’intelligence artificielle (IA) « le plus vite possible » pour une croissance socio-économique « fiable et durable », a considéré à Constantine le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Tayeb Bouzid.
« Ce volet de la recherche scientifique demeure primordial pour une économie performante, d’où l’importance, et pour se mettre au diapason des avancées technologiques enregistrées dans ce sens », a précisé le ministre au cours d’une conférence de presse, en marge de l’ouverture d’un atelier de préparation du projet du plan stratégique national de l’intelligence artificielle 2020-2030, devant être présenté, une fois élaboré, au Gouvernement pour adoption.
Il a dans ce sens déclaré que l’Algérie dispose des compétences humaines nécessaires pour le développement de cette discipline qui s’intéresse aux procédés et aux méthodes permettant à une machine de réaliser des tâches relevant de l’intelligence humaine et offrant multiples opportunités pour la résolution des problèmes, la rapidité de prise de décision, l’augmentation de l’efficacité et la réduction des coûts et des délais.
Evoquant l’impact de l’IA dans l’amélioration de la qualité de vie des citoyens et la promotion de la société tout en préservant l’identité et la culture du pays, le ministre a indiqué que son département a tracé un programme de financement dédié à la recherche dans l’IA pour accompagner les jeunes chercheurs et permettre leur intégration dans le processus du développement et de l’innovation.
« Une plateforme pour la formation de start up versée dans le domaine de l’IA et l’adaptation d’un environnement sain favorisant une concurrence loyale en la matière est en cours d’élaboration », a-t-il relevé, ajoutant que l’Algérie s’attèle à développer un cadre légal sur l’éthique de l’IA.
Il a dans la foulée précisé que ce workshop devra déboucher sur un « livre blanc » ouvert pour tous, avec hiérarchisation des interventions à tous les niveaux.
Le ministre a détaillé que l’élaboration du plan stratégique national de l’intelligence artificielle se fera avec « le concours de toutes les compétences algériennes d’ici et de l’étranger », précisant que ce plan repose sur trois priorités à savoir la santé du citoyen, la sécurité alimentaire et l’optimisation de l’énergie (environnement).
Cet atelier scientifique de 2 jours organisé parallèlement avec un séminaire sur l’entrepreneuriat et l’innovation a été marqué par la présentation par des experts algériens activant localement ou à l’étranger, de communications sur les plans AI dans le monde, un état des lieux en Algérie, les start up à l’aube de l’économie future entre autres.


L’Algérie figure parmi les premiers pays africains dans le domaine de l’intelligence artificielle de l’automatisation

L’Algérie est classée parmi les premiers pays africains dans le domaine de l’intelligence artificielle dans plusieurs spécialités en rapport avec l’automatisation, a indiqué à Constantine, le directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique (RSDT), Hafid Aourag.
En marge de l’ouverture d’un atelier de préparation du projet du plan stratégique national de l’intelligence artificielle 2020-2030, devant être présenté, une fois élaboré, au Gouvernement pour adoption, le même responsable a précisé à l’APS que l’Etat débloque annuellement « un budget de 20 milliards DA pour la recherche scientifique dont le volet intelligence artificielle ».
Dans les détails, le même responsable a déclaré que le secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a enregistré une augmentation de plus de 26% dans le nombre d’étudiants inscrits dans des filières en rapport avec l’IA, avec 14 universités offrant des master touchant à ce secteur et 5 formations doctorales en la matière, selon les spécialistes présents à cet atelier.
L’Algérie compte 116 laboratoires de recherche versés dans l’IA avec 568 équipes de recherches et 67 projets d’intelligence artificielle en robotique, a encore ajouté M. Aourag.
Cet atelier scientifique de 2 jours organisé parallèlement avec un séminaire sur l’entrepreneuriat et l’innovation a été marqué par la présentation par des experts algériens activant localement ou à l’étranger, de communications sur les plans AI dans le monde, un état des lieux en Algérie, les start up à l’aube de l’économie future entre autres.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén