ORAN

Après l’effondrement du balcon d’un immeuble à Gambetta : Les responsables locaux appelés à réagir pour éviter le pire

M.A.J

L’effondrement d’un balcon d’immeuble à Gambetta a remis au-devant de la scène le traitement de ce dossier par les services compétents. Entre les entraves administratives et les propriétaires des immeubles, le danger est de taille. Un problème coriace qui se pose pour de nombreuses habitations à Oran et la loi devrait donner aux pouvoirs publics le moyen d’agir dans la légalité, à travers un texte bien défini. Même si les pouvoirs publics ont entamé les démolitions de certains immeubles à Derb, Sidi El-Houari et au Plateau, vu le nombre de bâtisses évacuées durant les dernières années, on peut dire que l’opération est remise aux calendes grecques. Certes l’effondrement de jeudi dernier n’a heureusement causé aucune perte, mais la situation est de plus en plus inquiétante. Un collectif de citoyens riverains de l’immeuble en question a fait part de leurs préoccupations au sujet de l’état de leur quartier. Comme Gambetta, nombreux sont les quartiers de la ville d’Oran où les immeubles désaffectés et vidés de leurs habitants, après des opérations de relogement, causent un véritable souci pour les passants et les riverains. Le problème de démolition de ces vieux immeubles en ruine a de tout temps laissé la population interrogative. «Pourquoi ne sont-ils pas démolis, alors qu’ils sont irrécupérables et, de surcroît, posent un réel danger pour la population ?» Entre El Hamri, Sidi El Houari et les Planteurs, des immeubles en ruine connaissent régulièrement des effondrements partiels de pans de murs, de parties de balcons et de façades. Aux Planteurs ou à Sidi El Houari, à titre d’exemple, de nombreuses familles vivent à proximité ou en contrebas de ces immeubles avec le spectre permanent d’un éboulement. Plusieurs cas de blessures et de dégâts ont été signalés ces dernières années dans les habitations limitrophes à celles menaçant ruine, ou même pour des passants qui ont été touchés par des pierres qui se détachent soudainement de ces immeubles qui se détériorent. Du coup, ce sont les responsables de la wilaya qui doivent remédier à cette situation, en éradiquant carrément ces dangers, et régler le problème qui se pose avec les propriétaires des immeubles désaffectés.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén