REGION

Blida : Pour une révision de la loi sur le remboursement des radios et analyses médicales

Des participants à une rencontre, ayant réuni jeudi à Blida, des cadres de l’agence locale de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des représentants d’associations caritatives de la wilaya, ont lancé un appel aux autorités publiques en vue de la révision de la loi fixant le taux de remboursement des radios et des analyses médicales.
« Si la CNAS assure un taux de remboursement acceptable sur les médicaments, il n’en est pas de même pour les radios et les analyses médicales, dont le remboursent est quasi inexistant », ont soutenu des intervenants à cette rencontre, estimant que cette situation constitue « une importante charge (financière) pour les malades, dont particulièrement ceux atteints du cancer, de maladies graves ou chroniques », ont-ils souligné.
Selon Baghdadi Reda, représentant de l’association « El Badr » d’aide aux malades du cancer, « les dépenses inhérentes aux médicaments, radios, analyses et autres frais de transport nécessités pour un malade du cancer peuvent parfois dépasser les 100.000 da, à la fois », a-t-il fait savoir à l’occasion.
D’ou son appel pour des « textes de loi prenant en charge les personnes démunies, parmi les malades du cancer non assurés sociaux, parallèlement à une loi pour assurer leur protection et soutien financier, ceci d’autant plus », a-t-il ajouté, que de « nombreux malades souffrent de plusieurs maladies à la fois, rendant leur prise en charge financière par leur famille, fort difficile », est-il déploré.
Il est soutenu dans cette revendication par Saàdi Karima, représentante de l’association « El Fedjr » d’aide aux malades du cancer, qui a appelé, à son tour, à l' »actualisation de la loi de 2007 et son agrément, en vue d’assurer plus d’avantages aux assurés sociaux auprès de la CNAS ».
Même tempo pour le secrétaire général de la fédération de wilaya des retraités, Mohamed Kouhil, qui a mis en avant le fait qu’une majorité des retraités sont des personnes âgées souffrant de maladies chroniques, et partant requérant régulièrement des analyses et radios médicales, qui ne sont pas remboursées, appelant, par là, à l' »impératif de l’institution de lois pour remédier à cette situation préjudiciable pour leur maigre bourse », a-t-il estimé.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén