CULTURE

Cinéma : Un festival au format 2.0

C’est inédit ce qu’ont réussi le organisateurs du Festival International du Film sur les Droits Humains qui s’est déroulé à Genève, sans public.
Ayant reçu une notification de ‘interdiction officielle de sa tenue, « les organisateurs ont vite réagi et proposé une continuité du festival sur des sujets aussi brûlants que les réfugiés, les migrants, les urgences climatique ou sanitaires… », rapporte le site de la télévision européenne https://fr.euronews.com dans un papier mis en ligne le 11 mars dernier. En charge des programmes de ce festival, Isabelle Gattiker a expliqué, sur ce même site, les motivations qui ont poussé à cette programmation ; « On a appris la terrible nouvelle de l’interdiction du festival quatre jours avant l’ouverture, et on a décidé que notre message était de plus en plus important, que plus que jamais il faut diffuser le message des Droits Humains, le message des activistes, donc nous avons proposé aux activistes de venir au festival, et nous allons proposer tous les débats en streaming, en direct, et les spectateurs peuvent poser leur question depuis chez eux. En parallèle on a essayé de trouver un maximum de solutions pour montrer les films. » Les organisateurs ont pour leur part expliqué les différents procédés technologiques mobilisés pour assurer la diffusion des programmes tout en évitant le regroupement des personnes : « Nous diffusons via Face book en direct, nous diffusons également via YouTube et de cette façon l’équipe de communication du festival parvient à intégrer des vidéos sur leur site web », a expliqué au site fr.euronews.com, un responsable de la logistique des retransmissions du festival.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén