A la UNE

Référendum sur l’amendement constitutionnel : « Un rendez-vous avec l’histoire et le changement », estime Zeghmati

Le référendum sur le projet d’amendement constitutionnel constitue « un rendez-vous avec l’histoire et le changement », confortant les bases de l’Algérie nouvelle, a affirmé ce mardi à Aïn Defla le ministre de la Justice, Garde des Seaux, Belkacem Zeghmati.
« Nous sommes face à un rendez-vous déterminant avec l’histoire et le changement à la faveur du prochain référendum sur le projet d’amendement constitutionnel, une étape qui, sans nul doute, confortera les bases de l’Algérie nouvelle », a précisé M. Zeghmati au cours d’une rencontre avec la société civile abritée par la salle omnisports « Abdelkader Hamdoud » de la ville.
Observant que le référendum sur le projet d’amendement constitutionnel coïncide avec la célébration du déclenchement de la Révolution armée, M. Zeghmati a noté que cet état de fait devrait « inciter tout un chacun à donner le meilleur de lui-même et à contribuer à bâtir l’Algérie dont rêvait les martyrs ».
« Il est établi que le Premier Novembre est une date chère à tous les Algériens et, à ce propos, nous nous devons d’être fidèles au serment donné à nos martyrs en prenant part à toute action dont les effets sont bénéfiques pour notre pays », a-t-il signalé en guise de préambule.
Pour l’orateur, le fait que le projet d’amendement constitutionnel ait clairement fait référence à la Déclaration du 1er novembre 1954 atteste de l’importance accordée à cette dernière considérée « à juste titre comme le document référentiel du peuple algérien ».
« En plaidant pour un Etat démocratique et social dans le cadre des principes islamiques, nos aïeux, qui connaissaient parfaitement les enjeux futures ainsi que les spécificités du peuple algérien, voulaient mettre en place une plate-forme solide à même d’assurer l’essor du peuple », a-t-il fait remarquer.
S’attardant sur le cachet social de l’Etat, il a affirmé que ce dernier constitue un acquis « irréversible », une grâce que « nombre de pays nous envient », a-t-il relevé.
« L’Algérie est sans doute le seul pays au monde où des logements (sociaux) sont octroyés à des citoyens moyennant une contribution symbolique de ces derniers, c’est là un signe on ne peut plus révélateur de la politique sociale de l’Etat », a-t-il souligné.
Pour lui, la poursuite de la politique sociale de l’Etat est une manière d’exaucer les vœux des chouhada, contribuant par ricochet à la consolidation de l’unité de la Nation.
Abordant les constituants de l’identité nationale, M. Zeghmati a fustigé ceux qui tentent de colporter des mensonges à leur sujet dans le but évident de porter atteinte à l’unité nationale.
« A la veille des rendez-vous électoraux et chaque fois qu’une discussion est lancée sur les (ou l’un) des constituants de l’identité nationale, il se trouve que des individus semeurs de discorde tentent de discréditer ces éléments, prétextant leur inutilité », a-t-il noté.
Il a mis l’accent sur le fait que dès lors qu’aucun amendement constitutionnel ne peut toucher aux constituants de l’identité nationale (islam, arabité et amazighité), ce débat est, de facto, stérile car le peuple s’est définitivement prononcé sur son identité.

Leave a Reply