MONDE ARABE

Libye : La Turquie ignore l’accord militaire de Genève

La Turquie préfère ignorer l’accord militaire de Genève signé le vendredi 23 octobre entre les deux parties libyennes opposées pour un cessez-le-feu immédiat et global. L’accord stipule notamment le départ de tous les mercenaires étrangers dans un délai de 90 jours.
Quelques heures après la signature de l’accord militaire à Genève, le président turc a affirmé qu’il n’en tiendrait pas compte. Et son ministre de la Défense a publié les photos des membres des forces de l’Ouest libyen à l’entraînement.
Des Libyens entraînés en Turquie
Un geste suivi en Libye d’une déclaration de Salah Eddine al-Namrouche, ministre de la Défense au gouvernement d’entente nationale qui affirme que l’accord de Genève n’empêche pas l’armée turque de former les forces de l’Ouest libyen. Il annonce également que des dizaines de combattants poursuivent leur formation en Turquie en vertu de l’accord militaire signé avec Ankara en 2019.
Khaled al-Mishri, cet islamiste à la tête du Haut Conseil de l’État, doute de la capacité du camp Khalifa Haftar à tenir les engagements de Genève. À son tour, il affirme que les dernières résolutions ne concernent pas les accords militaires signés avec Ankara.
Or, Stéphanie Williams, l’envoyée spéciale de l’ONU, avait annoncé la suspension des entraînements sur le terrain libyen et de tous les accords militaires jusqu’à l’arrivée d’un nouveau gouvernement d’union nationale (GNA).
Par ailleurs, les ministres libyens des Affaires étrangères et de l’Intérieur étaient lundi à Doha pour signer un accord sécuritaire avec le Qatar en dépit des décisions prises à Genève. Doha et Ankara soutiennent le camp du GNA dans l’Ouest libyen. Tandis que Le Caire, Abou Dhabi et Riyad soutiennent le camp du maréchal Khalifa Haftar.


Accord de coopération sur la sécurité entre le Qatar et la Libye

La Libye et le Qatar, dont les liens se sont renforcés ces derniers temps, ont signé un accord de coopération sur la sécurité à Doha lundi 26 octobre et dont le contenu n’a pas été dévoilé, a rapporté l’agence de presse officielle du Qatar QNA.
Le Qatar et son allié, la Turquie, soutiennent le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et basé à Tripoli, face aux forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen, dans ce pays plongé dans le chaos. Ce dernier a immédiatement condamné l’accord signé à Doha en présence du ministre de l’Intérieur du GNA Fathi Bashagha et son homologue au Qatar cheikh Khaled ben Khalifa ben Abdel Aziz Al-Thani.
«Le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur et leurs excellences les ministres libyens des Affaires étrangères et de l’Intérieur ont assisté à la signature d’un protocole d’entente dans le secteur de la coopération sécuritaire entre les deux pays», a indiqué QNA. Cet accord vise à «améliorer la coopération dans le secteur de la sécurité», a ajouté l’agence.
Cette signature intervient trois jours après l’annonce par l’ONU à Genève d’un cessez-le-feu «permanent» entre les deux camps rivaux en Libye. L’accord est censé mettre ce pays – plongé dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi tué en 2011 lors d’une révolte populaire – sur la voie d’une solution politique. Mais sa mise en œuvre s’annonce complexe étant donné la kyrielle de groupes armés et de soutiens étrangers aux parties rivales.

Leave a Reply