MONDE ARABE

Irak : Les familles déterrent elles-mêmes les corps de leurs proches morts du coronavirus


En Irak, les familles creusent dans le sable pour retrouver leurs proches, enterrés rapidement pendant le pic de la pandémie, pour les enterrer ailleurs.

La pandémie de coronavirus a décimé des familles entières à travers le monde. Ceux qui ont succombé ont été enterrés à la va-vite, dans des cimetières parfois improvisés. En Irak, l’un des pays du Moyen-Orient parmi les plus touchés par le Covid-19, une parcelle dans le désert à l’extérieur de la ville de Najaf a accueilli les corps de ceux que la maladie a tués.
Les victimes étaient enterrées à cinq mètres de distance les unes des autres. Un seul parent était autorisé à assister à l’inhumation. Les enterrements se déroulaient généralement pendant la nuit.
L’Irak a autorisé les familles à récupérer les corps de leurs proches le 7 septembre dernier, afin de les transférer dans le cimetière de leur choix. Trois jours avant, l’OMS annonçait que “la probabilité de transmission lors de la manipulation de restes humains” était “faible”.
Depuis jeudi, des familles armées de pelles et de nouveaux cercueils se pressent dans le cimetière improvisé pour déterrer les corps de leurs proches. Selon l’AFP, il n’y a ni professionnels de la santé ni personne pour guider les personnes endeuillées dans le cimetière.
Une famille a ainsi découvert un cercueil vide dans une tombe qui aurait dû être celle d’un proche, une autre a trouvé le corps d’un jeune homme là où elle pensait trouver le cadavre de leur mère âgée. Un homme a raconté à l’AFP que son père, avant de mourir, lui avait demandé d’être enterré dans le cimetière familial. “Le rêve qui me hantait ces derniers mois est enfin réalisé.”

Leave a Reply