CULTURE

Société arabe pour la civilisation et les arts islamiques : 8ème conférence en ligne

La Société arabe pour la civilisation et les arts islamiques a conclu sa 8e conférence en ligne sur la «civilisations et quatrième révolution industrielle à l’ère de l’apprentissage électronique», en coopération avec l’Institut d’études et d’éducation islamiques de l’Université Allemande «Munster», l’institution culturelle française «Aptes» et le laboratoire du patrimoine culturel, linguistique et littéraire de l’Université de Ghardaïa. Les participants à la conférence ont recommandé, de mettre l’accent sur le rôle de la technologie moderne dans l’éducation tout en examinant l’efficacité de l’enseignement à distance, en étudiant dans les écoles d’art en général et en fournissant des solutions de design d’intérieur qui contribuent à appliquer le nouveau système éducatif de manière efficace, de sorte que l’environnement éducatif devienne un stimulant pour la créativité et l’innovation, pour répondre aux exigences et aux besoins humains à l’ère de la pandémie du coronavirus. Les experts ont fait part de l’importance de raviver l’architecture et des significations de la construction résidentielle liées aux traditions de la région arabe du bassin méditerranéen, ainsi que de la nécessité pour les établissements d’enseignement de se concentrer sur le renforcement des connaissances, du social et des compétences des professeurs et des étudiants, afin que l’éducation retrouve un équilibre entre la théorie créative et le processus productif. Ils ont également appuyé la nécessité de développer les concepts d’architecture en fonction des changements futurs attendus des conceptions environnementales durables, en tirant parti des valeurs patrimoniales du caractère nubien dans un concept contemporain dans la conception intérieure des installations touristiques qui acquièrent l’identité, en invitant de jeunes artistes à utiliser les outils numériques et à approfondir leurs recherches pour analyser les éléments architecturaux dans la restauration des monuments islamiques, et à bénéficier de traitements numérique pour les motifs islamiques et le vocabulaire populaire en tant que source pour enrichir les peintures décoratives, cherchant à définir les exigences d’évaluation alternative pour les étudiants des écoles d’art lors de l’apprentissage et de l’enseignement à distance. Ils ont ainsi, appelé les étudiants à évaluer leurs écoles d’art et à déterminer comment mesurer l’efficacité de l’utilisation de l’enseignement à distance simultané et asynchrone (dans des matériaux théoriques et pratiques) dans les collèges. Un certain nombre de chercheurs ont participé à la conférence, dont le docteur Rayan Abd Allah, doyen de l’Académie des beaux-arts «Lezbek» en Allemagne, dont le discours a abordé «l’avenir de l’éducation numérique», alors que le docteur Wadia Booker, vice-doyen de la Faculté des arts et du design de l’Université de Jeddah dans le Royaume d’Arabie saoudite, a prononcé un discours dans lequel elle a abordé «l’éducation E-light à la lumière du système de gestion de crise». Pour sa part, le docteur, Mazen Kotb, doyen de la Faculté des arts appliqués de l’Université «Helwan» en Égypte, a tenu un discours sur «L’apprentissage en ligne à la lumière du système de gestion de crise». La conférence s’est conclue par le discours de l’ambassadeur Achraf Akel, vice-président de l’Université électronique internationale d’Égypte, qui a traité de «la pandémie de Corona et de l’enseignement à distance». 347 participants issus de 15 pays à savoir : Jordanie, Allemagne, Émirats arabes unis, Bahreïn, Pologne, Tunisie, Algérie, Arabie saoudite, Iraq, Oman, France, Palestine, Égypte, Maroc et Yémen, ont pris part à cette conférence. Au cours de celle-ci, un certain nombre de documents scientifiques, soit un total de 79 ont été examinés et distribués. Sur 10 sessions scientifiques (selon le programme attaché à la conférence) dans les domaines de l’éducation, des arts, de l’architecture, de l’histoire et du patrimoine, et de la littérature, les articles scientifiques présentés ont été arbitrés par 158 experts, chacun selon son domaine et sa spécialité.

Leave a Reply