MONDE ARABE

Irak : Trois manifestants, qui protestaient contre l’absence de services publics, tués à Bagdad

Le premier ministre irakien, Mustafa Al-Kadhimi, a ordonné une enquête, tentant de donner des gages à des protestataires qui l’accusent de reproduire les violences de son prédécesseur.
Des Irakiens assistent aux funérailles d’un manifestant, tué dimanche 26 juillet lors d’un rassemblement antigouvernemental, place Tahrir, à Bagdad, en Irak, le 27 juillet 2020. THAIER AL-SUDANI / REUTERS
Des grenades lacrymogènes tirées par les policiers lors de manifestations contre l’absence de services publics ont provoqué la mort de deux protestataires, lundi 27 juillet à Bagdad. Le premier ministre irakien, Mustafa Al-Kadhimi, a ordonné une enquête, tentant de donner des gages à des protestataires qui l’accusent de reproduire les violences de son prédécesseur. « J’ai demandé à voir les résultats sous soixante-douze heures », a-t-il assuré lors d’un discours donné lundi soir à la nation.
Mardi, un troisième manifestant a succombé à ses blessures après avoir été touché à la tête par une grenade lacrymogène lors de heurts nocturnes avec les forces de l’ordre sur la place Tahrir, à Bagdad, selon des sources médicales et policières. Treize autres manifestants ont été blessés dans la nuit de lundi à mardi.
Les trois victimes sont les premiers morts de la contestation sous le nouveau gouvernement en Irak. Déclenché en octobre 2019 pour dénoncer la corruption et réclamer des emplois, des services fonctionnels et la chute du gouvernement, ce mouvement inédit avait été éclipsé au début de l’année par la flambée de tensions entre les Etats-Unis et l’Iran qui a failli dégénérer en conflit ouvert en Irak.
Arrivé au pouvoir au début de mai, Mustafa Al-Kadhimi a promis d’entamer un dialogue pour répondre aux revendications de la révolte. Celle-ci, partie de l’emblématique place Tahrir de Bagdad, où sont morts les trois manifestants, avait gagné l’ensemble du Sud et avait été marquée par des violences ayant fait plus de 550 morts, en majorité des manifestants, et 30 000 blessés. Des dizaines de militants avaient été en outre tués ou enlevés.

Leave a Reply