INTERNATIONAL

Etats-Unis : Face-à-face tendu entre des manifestants des sexagénaires armés

La vidéo d’un couple armé devant ce qui semble être leur domicile, faisant face à des manifestants dans la ville de Saint-Louis aux Etats-Unis, a été largement partagée sur les réseaux sociaux – y compris par Donald Trump – suscitant la polémique. Un couple d’avocats du Missouri se retrouve au cœur d’une controverse aux Etats-Unis pour avoir brandi le 28 juin des armes à feu sur des manifestants. Une séquence qui s’est passée le jour d’une mobilisation pour exiger la démission de la maire de Saint-Louis, Lyda Krewson. Le tout, dans le sillage du mouvement contre le racisme et les violences policières qui fait suite à la mort de George Floyd lors de son interpellation. La scène, impressionnante, est loin d’être le premier moment de tension ou de violence ayant émaillé les manifestations contre le racisme et les violences policières de ces dernières semaines dans le pays. Postés sur le perron d’une immense demeure –présentée par la presse américaine comme leur domicile –, les deux sexagénaires ont exhibé ce qui semble être un fusil d’assaut et un pistolet automatique. Les images de l’action, prises sous plusieurs angles, montrent l’homme hurler aux manifestants de quitter les lieux tandis que ces dernier scandent des slogans à distance respectable. Certains d’entre eux criant «allons-y !», pour demander à leurs camarades de poursuivre leur route vers le domicile de l’édile.

Des photos publiées dans la presse montrent que la femme a pointé son arme sur des manifestants. Ce qui pourrait, selon le site Business Insider, représenter une entorse aux lois de l’Etat. Plusieurs internautes ont d’ailleurs dénoncé le comportement «offensif et dangereux» du couple contre des manifestants pacifiques, alors que d’autres ont, au contraire, estimé que les sexagénaires avaient agi «en état de légitime défense». L’hebdomadaire local Riverfront Times a présenté les couple comme étant Mark et Patricia McCloskey, de riches avocats spécialisés dans la défense de victimes de «dommages corporels». Ces derniers s’étaient vus dédier un long article en 2018 dans le St. Louis magazine pour la rénovation de leur maison cossue. Business Insider précise qu’un rapport de la police de Saint-Louis relate que deux «victimes», âgées de 63 et 61 ans, ont «informé le groupe [de manifestants] qu’ils se trouvaient dans une voie privée». Après avoir essuyé des «obscénités et des menaces», de la part de la foule, et remarqué de «nombreux individus qui étaient armés», les deux individus se seraient «armés» à leur tour et auraient «contacté la police». Le média a en outre révélé que Mark McCloskey défend depuis 2019 un homme noir victime de violences policières dans une affaire en cours pour laquelle un agent est accusé. Le président américain Donald Trump a retweeté sans commentaires les images de l’incident, comme l’a relevé le Huffington Post, avant que ce retweet ne disparaisse plus tard. Les manifestants appelaient à la démission de la maire Saint-Louis car celle-ci avait révélé au cours d’un direct sur Facebook des noms et adresses de personnes lui ayant adressé des courriers pour lui demander notamment d’allouer les crédits de la police locale à des organisations caritatives. Elle a présenté ses excuses le 26 juin, affirmant qu’elle n’avait voulu nuire à ces personnes, mais a rappelé au passage que ces informations étaient «publiques».

Leave a Reply