MONDE ARABE

Palestine : Abu Rudeineh dément les informations relayées les israéliens sur un dialogue avec les USA

La Palestine a nié dimanche tout contact avec les Etats-Unis, à la suite des informations relayées par des médias israéliens faisant état d’un dialogue palestino-américain sur le plan de paix du président américain Donald Trump pour le Moyen-Orient.
Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a déclaré que la position de la Palestine n’avait pas changé concernant la rupture des liens avec l’administration américaine actuelle et le gouvernement israélien.
Selon un communiqué publié par l’agence de presse officielle palestinienne WAFA, M. Abu Rudeineh a réitéré la décision des dirigeants palestiniens contre l’annexion israélienne, affirmant que tous les plans pour imposer cette annexion en une fois ou en plusieurs phases était « une question de principe ».
« Tout dialogue doit être basé sur les résolutions de l’ONU, l’Initiative de paix arabe et le plan de paix proposé par le président Mahmoud Abbas devant le Conseil de sécurité des Nations Unies et sur la base du principe de la solution à deux Etats mettant fin à l’occupation israélienne et permettant l’établissement d’un Etat indépendant de Palestine dans les frontières de 1967 avec Al Qods-Est comme capitale », a affirmé le porte-parole.
« Israël devra assumer son entière responsabilité en tant que puissance occupante s’il poursuit son annexion », a-t-il dit, cité par le communiqué.
Samedi soir, la radio publique israélienne a rapporté que Mahmoud Abbas avait refusé un appel téléphonique du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo au sujet du plan d’annexion prévu et que des responsables américains avaient rencontré secrètement des responsables palestiniens dans le but d’organiser un canal de dialogue entre les dirigeants palestiniens et la Maison Blanche.
Cependant, aucune percée n’a été signalée. L’occupant israélien prévoit d’annexer plus de 30% de la Cisjordanie, notamment la vallée du Jourdain. Le plan prévoit également d’imposer la souveraineté sur plusieurs colonies israéliennes sur le territoire.(


7 villes italiennes protestent contre le plan d’annexion israélienne

Des milliers de participants ont manifesté dans 17 grandes villes italiennes contre les plans de l’occupation israélienne d’annexer des parties de la Cisjordanie, a rapporté lundi l’agence palestinienne WAFA.
Les participants ont levé les drapeaux palestiniens, des slogans spécifiques soutenant le droit du peuple palestinien à la liberté et à l’autodétermination et leur droit d’établir un Etat indépendant et El Qods sa capitale éternelle, exigeant l’Italie et l’Union européenne de reconnaître immédiatement l’Etat palestinien ainsi que de geler les accords de partenariat avec Israël, selon WAFA.
A savoir qu’il y avait des slogans qui rappellent au monde le droit au retour, garantie par la résolution 194 de la légitimité internationale comme le droit à l’Etat palestinien selon la résolution 181, de plus des autres slogans ont exigé également la liberté des prisonniers dans les prisons de l’occupation et la fin du régime d’apartheid pratiqué par Israël contre les palestiniens dans les terres de 1948.
Massimo D’Alema, l’un des anciens premiers ministres italiens, a indiqué que c’est le début d’une marche qui a besoin beaucoup d’efforts, sachant que la prochaine période témoignera une nouvelle campagne pour la reconnaissance de l’Etat palestinien et se poursuivra jusqu’au 29 novembre, qui est la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.
Dimanche, des associations belges en solidarité avec la Palestine ont organisé un sit-in en coordination avec la communauté palestinienne dans la capitale belge, Bruxelles, appelant la communauté internationale à imposer des sanctions à Israël si ce dernier annexe une partie quelconque des territoires palestiniens occupés.
Les manifestants ont dénoncé et rejeté l’agression de l’occupation, appelant le gouvernement belge à mettre en œuvre le projet du Parlement belge, qui appelle à empêcher les plans d’annexion israéliens pour les territoires palestiniens, ce qui éliminera l’espoir d’une solution à deux Etats.
Le chef de la communauté palestinienne en Belgique et au Luxembourg, Emad Badawi, a indiqué que les sit-in continueront pour faire pression sur les gouvernements européens et les institutions européennes à Bruxelles afin de mettre fin aux projets d’annexion des territoires palestiniens, et il faut imposer des sanctions économiques à Israël pour se conformer au droit international.

Leave a Reply