REGION

Sidi Bel-Abbès : Les habitants de la cité El Ghitna à Tighalimat endurent une pénurie d’eau potable

Une crise sensible dans l’approvisionnement en eau potable, est ressentie depuis des mois chez les habitants de la cité El-Ghitna, située au chef-lieu de commune de Tighalimat , dans le sud de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, les familles endurent le manque d’eau face à une demande croissante , et une rupture récurrente dans l’approvisionnement au liquide vital , a-t-on appris de quelques témoignages recueillis auprès des citoyens. Les autorités locales ont affirmé qu’elles travaillent pour régler ce problème, du essentiellement à l’insuffisance des quantités d’eau destinées au lieudit, appelé aussi « Hai El Hawae Talk », ce regroupement s’ajoute aux cités situées au centre du chef-lieu de commune , dans l’itinéraire de l’approvisionnement en eau potable , ce qui a engendré une pénurie conséquente due à l’insuffisance des quantités d’eau, a-t-on appris d’un cadre relevant de l’APC de Tighalimat. Les mêmes services ont demandé à la direction de l’Hydraulique , et des ressources en Eaux , l’attribution d’un projet pour le forage d’un puits , en vue d’alimenter exclusivement ce quartier en eau potable , afin de subvenir aux demandes des familles, en attendant le raccordement avec « Chott El-Chargui » à l’avenir , qui va permettre d’augmenter les quantités du liquide vital au profit de cette région, a-t-on fait savoir. Les familles appellent à l’accélération des procédures, et à prendre des décisions urgentes, pour mettre un terme à ce problème qui leur a éreinté, et a causé une hantise chez-elles pour chercher d’où s’approvisionner en eau potable pendant les jours de la rupture, ajoutant qu’elles ont peur de leur sort pendant la saison de l’été prochain.

Abderrahmane.G


Commercialisation de viandes avariées
Entre 2 ans à un an de prison ferme pour le boucher et son complice

Le tribunal de première instance de Sidi Bel-Abbès a prononcé un verdict de deux (2) ans de prison ferme à l’encontre d’un boucher, assorti d’une amende de dix millions de centime. L’accusé le dénommé M.B a été mis sous mandant dépôt directement après l’audience , pour les chefs d’inculpation de mise à la vente de viandes avariées , issues d’battage non autorisé dans un local qui lui appartient , tandis que son complice le dénommé B.M a été condamné pour un an de prison ferme, et une amende forfaitaire d’un montant de (10) millions de centimes a été décidée par les juges à l’encontre d’un troisième accusé , qui est un chauffeur. La genèse de l’affaire remonte à l’intervention d’une équipe mixe composée de gendarmes, vétérinaires, et des agents de a la direction du Commerce et des prix au court de cette semaine, suite à des informations qui leur sont parvenues. L’opération a permis la localisation du véhicule signalé, où les mêmes agents ont procédé à la saisie de (421) kilogrammes de viandes rouges et blanches , dont cinq (5) carcasses de mouton, (83) kilogrammes de viandes rouges impropres à la consommation, ainsi qu’à (34) kilogrammes d’abats, et des têtes de moutons , transportaient dans des conditions de manque d’hygiène, et de réfrigération. Au cours de l’enquête , Le chauffeur a dénoncé ses complices, dont le boucher qui possède une boucherie renommée au chef-lieu, où des quantités de viandes ont été saisies , dont (304) kilogrammes de viandes rouges et blanches, du merguez , de la viande hachée, de la graisse animale , et d’abats de poulet, ainsi qu’à (445) d’œufs, impropres à la consommation ,a-t-on appris. Des procédures judiciaires ont été prises à l’encontre des contrevenants, qui ont comparu ce mardi devant le tribunal, a-t-on fait savoir.

A.G

Leave a Reply