SOCIÉTÉ

Bejaïa : L’accès aux plages interdit, les transporteurs mainifetsent

Le wali de Bejaïa, a signé, un arrêté portant interdiction de l’accès aux plages au niveau la wilaya de Bejaïa, jusqu’à nouvel ordre, afin d’endiguer la propagation de la pandémie du coronavirus. Cet arrêté, dans son article premier, stipule que toutes les plages seront fermées pour la durée de la saison estivale, tandis que son second article avertit tout contrevenant des suites pénales prévues par la loi. Le dernier article est une instruction à toutes les autorités compétentes d’appliquer la décision sus-indiquée au niveau des communes de Melbou, Souk El Tenine, Aokas, Tichy, Boukhelifa, Bejaïa, Toudja, Beni K’sila. Cette décision à bien évidemment suscité polémique sur fond d’incompréhension des citoyens et de colère de ceux qui comptent sur la saison estivale pour récolter quelques deniers. La fronde contre le confinement s’élargit également à d’autres corporations après l’action médiatique menée par les commerçants qui avaient organisé un sit-in devant le siège de la wilaya. En effet, hier matin, appuyés d’ailleurs par les commerçants en arrêt, revenus au front pour obtenir une réponse plus satisfaisante à leurs doléances, c’était au tour des transporteurs privés de voyageurs (taxis et bus, des lignes urbaines, inter-urbaines et inter-wilayas) de monter au créneau. Ils se sont ainsi rassemblés devant le siège de la wilaya pour protester contre le maintien de leur confinement et demander une autorisation de reprise de l’activité. Le représentant des chauffeurs de taxi n’a d’ailleurs pas manqué de faire remarquer qu’alors qu’ils sont en arrêt de travail, leur activité est reprise le plus normalement du monde par les taxis clandestins. L’aide des 10.000 DA qui leur est accordée est insuffisante, soutiennent-ils. «On ne demande pas la charité, on demande nos droits.» Les représentants des protestataires ont bon espoir que les hautes autorités, qui se penchent actuellement sur cette problématique, puissent dégager une solution qui leur permette de renouer avec la normalité. Les citoyens, quant à eux, sont partagés face à cette revendication. S’ils font montre de compréhension devant les contraintes que vivent les protestataires, ils ne manquent pas d’exprimer de l’inquiétude au vu des risques d’infection. Sur le front de la lutte contre la propagation de la Covid-19, le wali de Bejaïa a rendu visite, lundi dernier, aux deux complexes textiles Alcost et Icotal en vue de les inciter à renforcer leurs moyens pour augmenter la fabrication de bavettes lavables qui seront distribuées gratuitement aux citoyens. L’usine Alcost, selon les déclarations de son responsable, peut produire actuellement jusqu’à 10.000 bavettes quotidiennement. D’autre part, le Pr Souhil Tliba, doyen de la faculté de médecine et chef du service de la neurochirurgie au CHU de Bejaïa, a affirmé que le laboratoire de dépistage de la Covid-19, qui utilise la technique de réaction de polymérisation en chaîne (PCR), a bien repris du service, assurant que les résultats des analyses sont transmis le jour même aux microbiologistes du CHU de Bejaïa puis aux médecins traitants.

Leave a Reply