MONDE ARABE

Sahara Occidental : Intensification des appels pour mettre fin à l’occupation et à la libération des prisonniers sahraouis

Le Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental a renouvelé son appel aux autorités d’occupation marocaines pour qu’elles libèrent tous les prisonniers civils sahraouis détenus dans des conditions de santé difficiles en raison de mauvais traitements et de torture, notamment en cette période de pandémie de coronavirus.
Dans un communiqué, le mouvement nigérian a exprimé sa préoccupation face à « la situation vécue par les détenus sahraouis à la lumière de la propagation de la pandémie du Covid-19, notamment après que 68 cas ont été enregistrés à la prison de Ouarzazate, selon le New York Times, selon des rapports officiels des autorités marocaines ».
Le coordonnateur du Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental, Dr Dipu Fashina, a souligné dans le communiqué que « tandis que les Africains luttent avec d’autres peuples du monde pour mettre fin aux souffrances humaines causées par ce virus, il est temps pour les amoureux de la liberté du monde entier de rejoindre l e peuple sahraoui qui se bat pour mettre fin au colonialisme en Afrique ».
« Alors que nous célébrons la fête du Travail 2020, nous nous souvenons de l’injustice que nos camarades subissent quotidiennement au Sahara occidental depuis plus de 45 ans, depuis l’occupation marocaine du Sahara occidental, a soutenu Dr Fashina, soulignant la nécessité de « l’unité des mouvements rejetant le colonialisme à travers le monde pour mettre fin à l’occupation du Sahara occidental ». Il a rappelé que le Sahara occidental, la dernière colonie en Afrique, « est soumise à l’occupation militaire illégale par le Maroc et avec le soutien de la France et de l’Espagne, tandis que son peuple souffre d’un blocus militaire et médiatique et de l’intimidation, de la torture et de la privation systématique de leurs droits fondamentaux et du pillage de leurs ressources naturelles ».
Le coordinateur du Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental a également exprimé son profond regret que le processus de décolonisation au Sahara occidental ait été fortement perturbé en raison de l’invasion militaire et de l’occupation de ses terres le 31 octobre 1975, malgré les efforts continus, africains et internationaux, pour assurer que le peuple sahraoui exerce son droit inaliénable à l’autodétermination et l’indépendanc e comme moyen de mettre fin complètement à l’occupation sur le continent.
Le Sahara occidental a été inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’ONU et, par conséquent, à l’ordre du jour de la Quatrième Commission et du Comité spécial de l’AG de l’ONU sur la décolonisation (C-24), depuis 1963 en tant que territoire non autonome auquel s’applique la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance des pays et des peuples coloniaux (résolution 1514 (XV) de l’Assemblée, du 14 décembre 1960), comme expressément établi dans toutes les résolutions de l’Assemblée générale.

Leave a Reply