CULTURE

Peinture : Farid Atroun présente ses œuvres sur la grande toile

L’artiste-peintre Farid Atroun vit, ces jours-ci, en mode confinement comme tous les Algériens. Comme il ne peut aller à la rencontre de son public comme il avait l’habitude de le faire à l’occasion de ses expositions, le voilà qui trouve le moyen d’exposer, à sa manière, ses belles œuvres, offrant par son geste une onde positive qui intervient comme une lueur d’espoir en cette période difficile. Celui-ci a emprunté le chemin le plus facile et a carrément transformé le salon de son domicile personnel en un atelier virtuel pour permettre aux internautes et à ses fans de visiter sa «galerie» improvisée et admirer les belles œuvres. Le plasticien se dit frustré par le coronavirus qui est la cause de cette quarantaine et du coup le monde s’est arrêté, plus personne ne peut aller à la mosquée, les gens ne se rendent plus visite, les rencontres se sont arrêtées. Pour atténuer un tant soit peu cette ambiance morose, il a voulu partager un cadre harmonieux avec ses admirateurs depuis son domicile et la joie de vivre à travers son espace qu’il a métamorphosé, durant le confinement, en un véritable espace artistique créatif. Son but est de défier le coronavirus et de prouver qu’il existe une vie même étant entre quatre murs. Cet artiste n’a pas manqué de faire part, sur sa page facebook, qu’il est affecté par la distance qui le sépare désormais de ses amis et de ses proches et de la ville des Roses, Blida, en particulier. Il a émis le vœu de revenir dans cette ville et d’organiser une belle exposition et des ateliers et autres activités créatives pour les grands et les petits. L’artiste regrette aussi de ne pas profiter, en pareille période, du mont de Chréa et de sa forêt paradisiaque et de l’air pur. Désormais, il se contente de contempler par la fenêtre. L’artiste ne désespère pas, s’active en ligne et guide son public à travers ses étagères et son espace familial. «Dans cette exposition virtuelle, je vous présente mes œuvres, mais cette fois-ci de façon différente, sans votre présence directe, sans visiteurs réels, ni gourmandises posées sur la table, même pas une tasse de thé, une exposition sans mes amis», écrit-il.

Leave a Reply