CULTURE

Cinéma : Hommage virtuel à Sid Ali Kouiret

Pour cette cinquième commémoration de la disparition d’une des figures marquantes du cinéma et du théâtre algériens, la cinémathèque propose au public «L’opium et le bâton» de Ahmed Rachedi, «Echebka» de Ghaouti
Bendedouche, «Le retour» de Benamar Bakhti, «Décembre» de Mohamed Lakhdar Hamina, «Le retour de l’enfant prodige» de Youssef Chahine, parmi les productions qui ont distribué Sid Ali Kouiret.
Les films programmés sont déjà accessibles sur le site de la cinémathèque algérienne depuis quelques jours, alors que tous les établissements culturels sont fermés au public par mesure de prévention contre la propagation du coronavirus. Sid Ali Kouiret a découvert le monde du théâtre au début des années 1950 où il a été dirigé tour-à-tour par Mustapha Kateb et Mahieddine Bachtarzi, avant de rejoindre la troupe artistique du Fln dès 1958. A l’indépendance, il rejoindra le Tna (Théâtre national algérien) et fera son entrée dans le septième art avec le réalisateur Mustapha Badie dans
«Les enfants de la Casba h», une adaptation de la pièce de théâtre de Abdelhalim Raïs.
A partir de 1971, il sera à l’affiche d’une dizaine de films. «Morituri», porté à l’écran en 2007 par Okkacha Touita, d’après une adaptation du roman éponyme de Yasmina Khadra, aura été sa dernière apparition au cinéma. Sid Ali Kouiret s’est éteint un 5 avril.

Leave a Reply

Theme by Anders Norén