ORAN

Laboratoires : Des initiatives pour la production locale du gel hydroalcoolique

L’accroissement des besoins en gel hydroalcoolique a motivé plusieurs laboratoires à Oran à en produire en priorité afin d’apporter une contribution et aider à faire face à
l’épidémie du coronavirus, selon des représentants de ces officines. Le laboratoire d’hygiène dépendant de la direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya d’Oran produit, pour les besoins des établissements de santé, quelques 50 litres de gel hydroalcoolique par jour, a indiqué à l’APS le chargé de communication à la DSP, Youcef Boukhari.
Cette production est destinée aux besoins des établissements de santé de la wilaya d’Oran, a-t-il précisé, ajoutant que la quantité fabriquée est écoulée le même jour vu l’importance de la demande sur ce produit.
Le laboratoire est, toutefois, à l’arrêt en raison d’une pénurie d’alcool, dont l’approvisionnement est soumis à une autorisation spécifique. La matière première devra arriver au cours de la semaine et l’activité reprendra aussitôt, explique le même responsable.
La société « Geopharm », spécialisée dans la production de produits pharmaceutiques, implantée au niveau de la zone industrielle d’Es-Sénia a décidé de se mettre à la production du gel hydroalcoolique, a fait savoir la chargée de vente et marketing de la société, Amel Merabet.
La société, qui ne produit d’habitude que des médicaments et des compléments alimentaires, fabrique du gel hydroalcoolique avec une capacité de 1.000 flacons de 500 millilitres par jour (500 litres), a souligné la même responsable.
« Nous offrons ces quantités gratuitement aux hôpitaux. C’est un geste de solidarité avec les médecins dans leur lutte de tous les instants contre cette menace du coronavirus », a-t-elle dit.
« La pénurie de l’alcool constitue un frein pour cette initiative et bien d’autres. La situation n’est pas propre à l’Algérie. Elle a touché tous les pays qui combattent le covid 19 avec une demande trop importante à laquelle personne n’était préparé », s’accorde à noter les différents responsables interrogés.
« Il est difficile de se prononcer sur les besoins en matière de gel hydroalcoolique », ont déclaré des responsables d’établissements de santé.
« Toute initiative est la bienvenue pour renforcer l’approvisionnement en cette matière devenue très précieuse », a ajouté le chargé de communication de la DSP.
De petites entreprises ont également choisi de lancer des initiatives dans ce sens, à l’exemple du jeune laboratoire « Phytance », créé il y a un an.
Spécialisé en phytothérapie, il a décidé de produire du gel hydroalcoolique qu’il distribue gratuitement aux hôpitaux. « Nous produisons de petites quantités selon la disponibilité de l’alcool qui se fait rare ces
temps-ci », a souligné Walid Messaoud, directeur de ce laboratoire.
Le directeur local du commerce, Mohamed Belarbi a affirmé que les autorisations pour la fabrication du gel hydroalcoolique, que son établissement délivre, ne sont pas difficiles à obtenir.
En effet, il explique qu’il suffit de déposer une demande en plus d’un échantillon de la préparation qui sera envoyé à un laboratoire de contrôle de la qualité au niveau d’Alger. Les réponses arrivent dans les 48 heures et les laboratoires peuvent commencer aussitôt leur activité, a-t-il noté.

Leave a Reply