CULTURE

Musique : L’afro-jazz pleure Manu Dibango, victime du coronavirus

L’auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique world, « Soul Makossa » (1972), est la première célébrité mondiale à décéder des suites du  virus. »Soul Makossa », le morceau qui l’a fait naître, a connu un étonnant destin.  Ce n’était au départ que la face B d’un 45 tour dont le titre phare était  un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. 
Manu Dibango, né  le 12 septembre 1933 à Douala est le fils de Michel Manfred N’Djoké Dibango, père fonctionnaire issu de l’ethnie Yabassi et d’une mère couturière à la maison, issue de l’ethnie douala. Il s’initie à la mélodie musicale en se frottant à la chorale animée par sa mère, professeur à ses moments inoccupés,  mais surtout en profitant assidument du gramophone familial qui « lui fait découvrir surtout la musique française, américaine et cubaine, les marins de ces pays débarquant dans le port de Douala avec leurs disques », peut-on mire sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Il est envoyé en 1949 par ses parents pour des études en France, où il débarque avec « « Trois kilos de café’’ (qui deviendra le titre de sa biographie), pour financer son séjour. Après des études en dents de scie, il se met à la pratique de la musique et vadrouille en France puis en Belgique. Il retourne en Afrique pour lancer quelques espaces de spectacles musicaux, amis sans grand succès. De retour e France, le contact avec les grandes vedettes de la chanson, notamment Dick Rivers, Nino Ferrer.
 « En 1972, la face B d’un 45 tours, Soul Makossa10, fait la conquête des États-Unis et lui vaut d’y faire une tournée. Ses accents africains passionnent les musiciens noirs d’Amérique », écrit Wikipédia comme pour situer le point culminant d’une carrière qui le mènera aux cotés des grands noms de la musique mondiale jusqu’à ce 24 mars   où il rendra son dernier souffle à l’hôpital à Paris, où il a été admis après avoir été contaminé par le coronavirus.                     

Leave a Reply

Theme by Anders Norén