SOCIÉTÉ

Entre mercantilisme et solidarité : Les jeunes montrent la voie


Si l’Etat intervient pour protéger la dignité du citoyens, les jeunes agissent de telle sorte à casser les anciennes pratiques des spéculateurs.

En cette période de pandémie du coronavirus, les autorités du pays ont pris de nombreuses initiatives pour freiner la propagation du vecteur pathogène. Une campagne de sensibilisation est menée tambour battant à travers tous les moyens de communication. Tous les moyens sont utilisés pour attirer l’attention des citoyens sur l’importance des mesures de prévention pour se prémunir de la maladie. Les gens sont ainsi invités à restez chez eux. Devant le danger que représente le coronavirus, les algériens appréhendent mal l’avenir et avant d’entrer en quarantaine, ils font de grands stocks de produits alimentaires. C’est ainsi que les magasins sont carrément vidés dès que la marchandise est réceptionnée. Jeudi dernier, des clients en sont arrivés aux mains devant une épicerie qui avait mis en vente des sacs de semoule à Birkhadem. Il a fallu l’intervention des forces de sécurité pour ramener le calme. Les clients ont été étonnés de découvrir que le propriétaire du magasin a baissé le prix de la semoule après l’arrivé des policiers. « Alors que le pays traverse une grave crise sanitaire, des commerçants véreux n’hésitent pas à flamber les prix pour gagner quelques dinars de plus », commente un client qui faisait la queue pour acheter un sac de semoule avant d’entrer en isolement. Les commerçants tentent d’augmenter les prix, mai les services de sécurité veillent au grain.
Alors que des gens malintentionnés veulent profiter de cette situation pour s’enrichir, les pouvoirs publics continuent d’agir de telle sorte à venir à bout des contaminations. Les citoyens sont priés de rester chez eux. Pendant ce temps des équipes de nettoyages constitués de fonctionnaires ou de bénévoles sillonnent les rues et ruelles des villes et village pour pulvériser des solutions antibactériennes. Ce travail est quotidiennement accompli. Sur un autre plan, des hôtels sont réquisitionnés pour accueillir les algériens rapatriés de l’étranger. « Mon père est à l’hôtel Mazafran de Zéralda. Il nous parle au téléphone et il ne se plaint pas de son séjour au complexe touristique », dit une jeune fille que nous avons rencontrée au marché de Birkhadem. Elle ajoute : « Mon père a été rapatrié par bateau à partir de Marseille. Je suis rassurée ».
Des jeunes démontrent chaque jour leur attachement à leur pays. C’est ainsi que des campagnes de nettoyage sont organisées dans les villes et villages. Par ailleurs, des jeunes assurent le ravitaillement des personnes âgées confinées chez elles. « Je viens tous les jours m’enquérir sur la santé d’un couple de vieux dont les enfants vivent à l’étranger. Je profite aussi pour leur faire les courses », dit un jeune de Saoula. A Tizi Ouzou, des étudiants élaborent des solutions hydro-alcoolique avec des produits que leurs livrent des bienfaiteurs. « Nous envoyons ces solutions dans tous les villages où elles sont ensuite distribuées gratuitement », dit un étudiant en médecine à l’université Mouloud Mammeri. A Constantine, d’autres jeunes ont acheté des pomme de pomme de terre avant de la distribuer gratuitement dans les quartiers.
Quand les véreux veulent revenir aux anciennes pratiques, les jeunes montent au créneau pour instaurer de nouvelles habitudes basées sur la solidarité et le civisme.
Saïd Ibrahim

Leave a Reply

Theme by Anders Norén