REGION

Environnement et urbanisme : 151 infractions en 2019

Au total 151 infractions liées à l’environnement et à l’urbanisme ont été enregistrées en 2019 par la brigade de la police chargée de l’urbanisme et de la protection de l’environnement relevant de la Sûreté de wilaya de Nâama, a-t-on appris auprès de ce corps de sécurité.
Quatre-vingt-onze (91) infractions sont liées à l’environnement et 60 à l’urbanisme pour lesquelles des procès-verbaux ont été établis avant d’être transmis à la justice, a indiqué le chef de service de sécurité publique, le commissaire Becharef Abdelmadjid, soulignant que les infractions sur l’urbanisme concernent essentiellement le non respect des règles d’aménagement des espaces urbains, comme la construction sans permis de construire ou encore la non conformité de la construction au permis de construire. Dans ce cadre, 29 décisions de démolition concernant ces infractions ont été établies. Pour ce qui de la protection de l’environnement dans son volet relatif à la gestion des déchets, leur contrôle et leur enlèvement, le commissaire Becharef a indiqué que la brigade de la police chargée de l’urbanisme et de la protection de l’environnement a relevé plusieurs infractions liées notamment à la perturbation de la circulation routière, à l’hygiène du milieu, au commerce illicite et aux déchets liquides et solides.
Durant la même période, a-t-il dit, la brigade de la police chargée de l’urbanisme et de la protection de l’environnement a effectué 29 interventions concernant l’obstruction de la voie publique par des objets perturbant la circulation routière ou représentant un danger pour la sécurité des personnes à travers les routes et voies d’accès, entre autres, ainsi que 10 interventions concernant les déchets solides des chantiers de construction. En outre, 18 interventions ont été réalisées dans le cadre de la lutte contre le commerce illicite.
D’autre part, la police de l’urbanisme et de la protection de l’environnement de la sûreté de wilaya de Nâama a réussi, durant la même période, à éliminer quatre décharges sauvages, en coordination avec les autorités locales, en plus de trois interventions liées à des problèmes d’hygiène et de santé publique, ainsi que sept autres concernant la présence de déchets et d’eaux usées sur la voie publique et autres matières pouvant causer des désagréments, notamment des odeurs nauséabondes nocives pour la santé et l’environnement, en général.

Leave a Reply