CULTURE

Universités de Constantine : Projection du film du film documentaire sur les Sœurs martyrs Saâdane

Le film documentaire sur le parcours des sœurs Fadila et Meriem Saâdane, œuvre de la réalisatrice Soraya Ammour qui relate des révélations inédites sur les tortures subies par les femmes algériennes durant le colonialisme dans la ferme Améziane de Constantine, sera projeté « prochainement » dans les universités constantinoises, a indiqué la réalisatrice du film.
La projection du film documentaire historique dans les universités de Constantine aura lieu dans le cadre d’un programme d’animation en cours d’élaboration de concert avec le secteur de l’enseignement supérieur, a précisé, Mme. Ammour qui a mis l’accent sur l’importance de ce genre d’initiative dans « l’enrichissement des connaissances historiques des étudiants et la stimulation de leur sens patriotique ».
L’œuvre, qui relate par la voix de la moudjahida Leïla Sedira (sœur de la martyre Nafissa Belakhal et fille du militant de l’Association des oulémas musulmans algériens, Laâroussi Belakhal), les tortures subies par les femmes algériennes dans la ferme Améziane, sera présentée aux étudiants des diverses facultés, selon un planning qui sera arrêté « ultérieurement », a fait savoir la réalisatrice du film à l’APS.
Ce film documentaire de 1h30, dédié au combat de ces deux héroïnes de la Révolution algérienne, mettra en avant les tortures subies à la ferme Améziane qui fut, avec la villa Susini à Alger, l’un des plus importants centres de tortures aménagés par l’administration coloniale durant la guerre de libération nationale en plusieurs unités spécialisées dans la répression de toute action et soutien à la lutte du peuple algérien pour son indépendance sera, selon Mme. Ammour.
Le rôle de Fadila Saâdane, « l’une des premières femmes algériennes assumant des responsabilités de haut niveau », sera relaté dans le cadre de ce documentaire historique réservant une « large » séquence aux compétences de cette femme héroïne, parmi les rares qui ont décroché le baccalauréat durant la période coloniale, a précisé Mme. Ammour qui a insisté sur l’importance de « raconter tout ces faits » aux étudiants pour les motiver à servir leur pays dans n’importe quelles circonstances.
Le parcours de sa sœur Meriem qui était infirmière sera découvert par les étudiants dans le cadre de cette œuvre qui se veut un témoignage « fiable » racontant le courage des femmes algériennes qui ont subies les pires des tortures pour que l’Algérie soit libre et indépendante, selon Mme. Ammour.
Ce travail de recherche, lancé depuis 2016, a mis la lumière sur des séquences encore méconnues de la vie révolutionnaire de ces deux sœurs chahidate, mortes sur l’autel de la liberté, a ajouté la réalisatrice,précisant que plusieurs moudjahidine ont contribué par leurs témoignages à la réalisation de ce film documentaire.
Fadila Saâdane, qui fut l’une des rares femmes à pouvoir assister aux réunions des chefs de zone de la Wilaya II historique, fut capturée lors d’un affrontement avec des soldats français qui prirent d’assaut la cache clandestine où elle se trouvait en avril 1960 et fut immédiatement transférée au centre de torture de la ferme Améziane, où elle subissait les pires tortures, selon les témoignages dévoilés dans ce documentaire.