MONDE ARABE

Yémen : Des dizaines d’enfants tués par la dengue, une épidémie redoutée

Au moins 78 enfants sont morts en 2019 de maladies liées à la dengue au Yémen, pays dévasté par la guerre, a annoncé ce mardi l’ONG Save the Children.
« Soixante-dix-huit enfants de moins de 16 ans sont déjà morts […] et plus de 52 000 de cas suspects ont été recensés dans le pays », a déclaré l’ONG dans un communiqué. « Cela pourrait signaler le début d’une épidémie », a averti Save the Children.
Le lourd tribut d’Hodeida
Au total, 192 personnes sont mortes de maladies liées à la dengue en 2019, la plupart dans la ville de Hodeida et celle d’Aden, dans le sud-ouest et le sud du pays.
« Hodeida a le deuxième taux de mortalité du pays avec 62 décès d’adultes et d’enfants en 2019 », a précisé, dans le communiqué, la coordinatrice sur le terrain de Save the Children au Yémen, Mariam Aldogani. « Plus de 40 de nos employés et des membres de leurs familles ont été touchés par la fièvre », a-t-elle ajouté.
« Cette maladie est très douloureuse, nous explique le docteur Aldogani que RFI a joint au téléphone et qui a elle-même été infectée. L’un de mes collègues a un nouveau-né qui est malade. Il n’arrête pas de pleurer quand ils essaient de lui faire des piqûres. Parfois vous ne pouvez pas supporter qu’une personne vous touche tellement vous avez mal ! Quand j’ai été hospitalisée, j’ai vu chaque jour de nouveaux enfants arriver. Un jour il y avait onze patients d’une même famille ; ils étaient assis dans la salle des urgences, mais il n’y avait pas de place pour eux. Alors on leur a donné des medicaments et on les a renvoyé chez eux…»
Conséquence indirecte de la guerre
Le représentant du Comité international de la Croix-Rouge auprès de l’ONU, Robert Mardini, avait déjà évoqué le 25 novembre de nombreux cas de dengue au Yémen, pays déjà touché par le choléra.
La dengue est principalement transmise par le moustique tigre qui se reproduit dans des mares d’eau stagnante.
Depuis 2015, la guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, la plupart des civils, selon diverses organisations humanitaires. Le conflit a entraîné la pire crise humanitaire au monde actuellement, selon l’ONU.
« En cinq ans de guerre, nous avons du faire face à des épidémies de choléra, de dengue de malaria et même du chikungunya. Toutes ces épidémoies ne font qu’augmenter la souffrance des enfants au Yémen particulièrement à Hodeida. Si vous pouviez voir de vos propres yeux tous ces enfants pleurer… Les mères malades ne peuvent pas prendre soin de leurs enfants, elles ne peuvent pas marcher ni les nourrir…. la situation est vraiment terrible ! », nous raconte encore le docteur Aldogani.

Leave a Reply