A la UNE

Selon Le directeur général du Centre des archives nationales : L’Algérie n’a jamais été un Etat militaire

S’exprimantsur les ondes de la Radio Algérioenne, le directeur du Centre des archives nationales, considère qu’en passant du statut d’Armée de libération nationale (ALN) à celui d’Armée nationale populaire, l’ANP s’est donnée pour mission d’accompagner l’Etat Algérien, « ressuscité » qui existait avant la colonisation.
M. Abdelmadjid Chikhi en profite pour récuser au pasage le terme « républicain » associé à l’Armée Algérienne, « l’Etat, dit-il, étant lui-même une république ».
Commentant, un peu plus loin, l’une des revendications scandées durant les manifestations populaires, inaugurées à partir de février 2019, ‘’ Etat civil et non pas militaire’’, M. Abdelmadjid Chikhi la juge « fondamentale », considérant toutefois, que l’Algérie « n’a jamais été un Etat militaire ».
Il perçoit, ces manifestations « comme un signe de bonne santé », en ce sens, relève-t-il, que chaque fois que le pays s’est trouvé en danger, le peuple Algérien est descendu dans la rue.
Pour lui, cependant, ces revendications ne visent pas à la création d’un Etat civil, mais un « Etat civique », un sens donné « chez certains » au sein de ce mouvement pour, selon lui, « aller vers la laïcité le plus dure », celle, résume-t-il, « du renoncement à l’Islam et à la langue Arabe », en particulier.
Commentant, par ailleurs, les nombreuses modifications apportées depuis l’indépendance à la Constitution, l’intervenant juge opportun de reprendre l’exemple Américain, en élaborant un texte doté de sacralité « afin qu’on n’y touche pas ». Cà serait là, observe-t-il, l’idéal pour la société « de construire son unité nationale ».

Leave a Reply