ORAN

Une sortie avec leurs enfants leur coûterait 10 000 dinars : Les Oranais passent les vacances d’hiver à la maison

Un grand nombre d’élèves passent leurs vacances scolaires à la maison. La majorité des familles oranaises ne peuvent pas offrir même pas des sorites dans le périmètre de la wilaya d’Oran.
Saignés par les frais de la rentrée scolaire et les cours de soutien, les parents d’élèves ne peuvent pas se permettre des sorties en familles à Oran. La scolarisation des enfants coûte, ces dernières années, très cher même aux parents dont les enfants fréquentent les écoles publiques. En plus des frais de la rentrée : achat de fournitures scolaires, livres et vêtements, les parents sont confrontés durant toute l’année scolaire à des frais supplémentaires, et ce, depuis quelques années. Ils sont obligés de payer des cours de soutien à leurs enfants s’ils désirent que ces derniers soient capables de réaliser de bons résultats. Les parents des élèves, des professionnels du secteur de l’Education ne cessent de dénoncer les programmes durs et trop chargés mais en vain. Afin que leurs enfants réussissent dans leur parcours scolaire, les Oranais à l’instar de tous leurs compatriotes au niveau national ont finis par accepter de débourser de l’argent, beaucoup d’argent pour les cours de soutien scolaire. Conséquence : un grand nombre d’entre eux notamment les salariés se retrouvent privés de vacances ou même de simples sorties en familles. Il faut noter dans ce cadre d’idées que sortir avec ses enfants ou offrir des sorties à ces derniers n’est pas à la portée d’une majorité écrasante des Oranais car les prix proposés au niveau des parcs de jeux pour enfants ne sont pas à la portée de tous. Les tarifs d’accès à ce genre d’endroit varient entre 500 et 1000 dinars. Un couple qui a trois enfants doit débourser entre 2500 et 5000 dinars juste pour entrer à un de ces parcs et devra débourser autant une fois à l’intérieur car le nombre de jeux qui sont d’accès libre (ils sont gratuits car leurs prix est inclus dans le billet d’entrée) ne sont pas nombreux et sont généralement trop simples pour plaire aux enfants. Les parents doivent aussi débourser encore de l’argent si leurs enfants en soif ou veulent manger quelque chose. Dons une sortie de quelques heures seulement et qui se limite au territoire de la ville d’Oran pour une famille composée des parents et de leurs trois enfants pourrait coûtée facilement 10 000 dinars. Comme les citoyens sont saignés par les frais de la scolarisation de leurs enfants, de la nourriture, des soins médicaux et des vêtements, et ce, à longueur de l’année, ils ne peuvent pas offrir même pas des sorties à leur enfants, ils ne peuvent pas s’offrir des vacances ni à eux même ni à leurs familles. Ils continuent donc de travailler et leurs enfants passent leurs vacances à la maison devant des écrans de micro- ordinateurs, de tablettes ou de Smartphones pour ceux qui ont disposent sinon devant la télé. Les Oranais comme une majorité écrasante de leur compatriote n’ont pas de vacances ni d’hiver ni de printemps ils doivent attendre l’été pour aller peut-être une fois ou deux à la plage car une journée au bord de la mer n’est donnée.
B Samira

Leave a Reply