A la UNE

Une modernisation profonde de l’ANP sous l’impulsion du défunt Gaïd Salah

L’Armée populaire nationale (ANP) a connu une modernisation profonde en se dotant d’équipements modernes et sophistiqués sous l’impulsion du défunt Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, décédé lundi à l’âge de 79 ans.
Le défunt avait fait de la modernisation et de la professionnalisation de l’Armée une priorité depuis qu’il a accédé à ces hautes fonctions après une ascension graduelle au sein de l’ANP, laquelle demeure une institution républicaine au service du pays.
Lors de ses nombreuses visites de travail et d’inspection aux différentes Régions militaires, Gaïd Salah n’avait jamais manqué de mettre l’accent, dans ses discours d’orientation, sur les impératifs de modernisation et de professionnalisation de l’ANP et ce, dans le souci de l’accomplissement des missions régaliennes que lui confère la Constitution.
Le dernier hommage rendu à l’Armée a émané du président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui a affirmé, à l’inauguration de la 28e Foire de la production algérienne, que « le secteur des industries militaires en Algérie doit servir de modèle aux opérateurs industriels en matière d’intégration », appelant en même temps les opérateurs économiques à « s’inspirer du patriotisme, de l’engagement et du sérieux du secteur militaire dans le processus de redressement industriel ».
Et c’est à juste titre qu’il a affirmé que « l’industrie militaire constitue la locomotive de l’industrie nationale », soulignant qu’il s’agit de « la seule industrie mécanique en Algérie ».
Ces efforts sont le fruit de l’engagement de l’Armée dans un processus de modernisation qui a touché, au temps de défunt Gaïd Salah, tous les secteurs et compartiments.
Dans ce sillage, le colonel Ramdane Hamlat qui a longtemps travaillé sous les ordres du défunt pendant plusieurs années, a relevé, lors d’une intervention sur les ondes de la Rédio nationale, que « des réformes ont été engagées par l’Armée depuis que Gaïd Salah a occupé le poste de chef d’Etat-major », précisant qu’il a équipé cette institution de systèmes d’armes très sophistiqués et de dernière génération.
Selon M. Hamlat qui est également spécialiste des questions géopolitiques, le défunt a établi un plan de développement de l’Armée ayant touché plusieurs secteurs, citant la formation avec la généralisation et la réhabilitation des écoles des cadets à travers le territoire national, la création d’écoles supérieures militaires qui s’occupent de la formation des cadres de l’ANP.
Il a aussi cité l’école de guerre qui dispense une formation que les officiers de l’Armée suivaient par le passé à l’étranger.
M. Hamlat a également mis l’accent sur la modernisation ayant touché les forces navales, expliquant que tous nouveaux bâtiments de guerre, sous-marins ou de surface, sont dotés d’équipements à même de faire face à toutes sortes de menace en Méditerranée.
« Ce sont des systèmes d’armes sophistiqués dotés d’équipement électronique très avancés, surtout les missiles de très haute précision », a expliqué ce colonel à la retraite qui a assuré que les forces aériennes « sont également équipées de systèmes modernes et d’avions de haute précision ».
Dans son témoignage, M. Hamalat a souligné que Gaïd Salah avait accordé « une grande importance à la défense aérienne du territoire et a procédé à la modernisation de toutes les installations radar en mettant en place de nouveaux radars à travers tout le territoire national ».
Afin de protéger ces radars et les différents sites militaires du pays, l’ANP « s’est dotée d’équipements de défense aérienne modernes et de dernière génération, tel que les S 300 et S 400 qui font partie des moyens de défense aérienne stratégique », a-t-il détaillé, ajoutant que l’Armée « a acquis d’autres système sophistiqués ».
« Il est extrêmement important, dans le cadre de la sécurisation du pays, de disposer d’un système de défense aérien très efficace à même d’empêcher tout objectif aérien de traverser le pays que ce soit un avion, un missile ou autre », a-t-il expliqué.
Pour M. Hamlat, la modernisation dont a bénéficié l’Armée lui permet de « faire face à n’importe quelle puissance mondiale », précisant que l’ANP est considérée comme « une puissance qui fait peur aux pays avec lesquels l’Algérie partage des frontières terrestres et maritimes ».
« Les moyens de défense aérienne mis en place ne sont pas destinés à faire face à une menace émanant d’un petit pays, mais à d’une puissance mondiale qui pourrait envoyer des centaines d’avions simultanément », soulignant à titre indicatif que « les capacités opérationnelles d’un avion S 400 lui permettent de traiter plus de 70 objectifs en même temps ».
De son côté, l’universitaire Chams Eddine Chitour, s’est félicité que l’ANP « mise de plus en plus sur les nouvelles technologies comme la robotique, l’intelligence artificielle et l’informatique », affirmant que « notre Armée est crainte, non pas en raison du nombre de ses éléments, mais du fait qu’elle compte des universitaires qui dirigent de façon élaborée des techniques mondiales ».
M. Chitour qui s’exprimait sur les ondes de la Radio algérienne, a cité également « la capacité pour tout sous-marin algérien de lancer des missiles et atteindre des cibles », ce qui dénote, selon lui, de « la maitrise de toute une technologie, fruit d’un savoir patiemment accumulé ».
« Nous avons une très bonne appréciation de la jeunesse au niveau de l’école de guerre où il m’est arrivé d’enseigner. L’Armée n’y recrute que les meilleurs et c’est dans cette voie qu’il faut aller », a-t-il recommandé.

Une Armée républicaine et nationaliste

Dans le même sillage et concernant la doctrine de l’ANP, l’Armée algérienne est « républicaine et nationaliste », selon M. Hamlat, soulignant que « c’est une institution qui croit aux principes de la nation et dont les différentes chaines de commandement sont solidaires entre elles ».
En ce sens, la Constitution énonce dans son article 28 que « l’Armée nationale populaire a pour mission permanente la sauvegarde de l’indépendance nationale et la défense de la souveraineté nationale. Elle est chargée d’assurer la défense de l’unité et de l’intégrité territoriale du pays, ainsi que la protection de son espace terrestre, de son espace aérien et des différentes zones de son domaine maritime ».
« Digne héritière de l’Armée de libération nationale, l’Armée nationale populaire assume ses missions constitutionnelles avec un engagement exemplaire ainsi qu’une disponibilité héroïque au sacrifice, chaque fois que le devoir national le requiert. Le peuple algérien nourrit une fierté et une reconnaissance légitimes à l’endroit de son Armée nationale populaire, pour la préservation du pays contre toute menace extérieure, et pour sa contribution essentielle à la protection des citoyens, des institutions et des biens, contre le fléau du terrorisme, ce qui contribue au renforcement de la cohésion nationale et à la consécration de l’esprit de solidarité entre le peuple et son armée », énonce la Constitution dans son préambule.
« L’Etat veille à la professionnalisation et à la modernisation de l’Armée nationale populaire, de sorte qu’elle dispose des capacités requises pour la sauvegarde de l’indépendance nationale, la défense de la souveraineté nationale, de l’unité et de l’intégrité territoriale du pays, ainsi que la protection de son espace terrestre, aérien et maritime », est-il mentionné dans le préambule de la loi fondamentale du pays
Un statut qui confère à l’ANP le titre d’une Armée moderne et républicaine, dont le principe consiste à ne pas dépasser les frontières et ne pas s’ingérer dans les affaires internes des autres pays.

Leave a Reply