ORAN

Intoxication au monoxyde de carbone : Mieux vaut prévenir…

M.A.J

La campagne de sensibilisation sur les dangers du monoxyde de carbone et l’utilisation du gaz de chauffage dans les foyers, est menée par les services de la protection civile et la société de distribution de l’électricité et du gaz, et même par les religieux dans les mosquées afin de toucher un maximum de citoyens et éviter les drames qui endeuillent des familles entières comme, le signalent régulièrement les tristes bilans établis par les services concernés. La vaste campagne de prévention élargie aux mosquées et d’autant utile pour prévenir contre ces dangers mortels du gaz avec les éventuelles fuites silencieuses mais qui font un ravage notamment durant le sommeil. Pour rappel, ces campagnes préventives en cette saison hivernale, sont parallèlement menées par de nombreux organismes, ceux de la protection civile et de la Sonelgaz qui tentent par divers moyens de communication d’alerter la population sur la nécessité de maintenir cette vigilance face à ce fléau. De nos jours, les intoxications au monoxyde de carbone font partie des accidents qui pourraient être facilement évités. Elles résultent le plus souvent de l’utilisation d’un appareil de chauffage défectueux ou mal entretenu. Chaque année on dénombre des milliers d’intoxications au monoxyde de carbone dont la plupart nécessite une hospitalisation. Certaines intoxications ont une issue fatale. Le monoxyde de carbone (CO) est un des composants oxygénés du carbone les plus connus avec le dioxyde de carbone (CO2), plus communément appelé gaz carbonique. La confusion entre ces deux gaz est fréquente bien qu’ils diffèrent totalement, surtout par leur toxicité. Le CO est un gaz incolore et inodore à température et pression normale, avec une densité voisine de celle de l’air. Il est le résultat d’une combustion incomplète, quel que soit le combustible utilisé (bois, butane, charbon, essence, gaz naturel…). Mais l’une des principales caractéristiques de ce gaz est sa toxicité dans un environnement confiné. Il agit comme un gaz asphyxiant très toxique qui, absorbé en quelques minutes par l’organisme, se fixe sur l’hémoglobine.

Leave a Reply