MONDE ARABE

L’Espagne et l’UE ne doivent plus continuer à ignorer la cause sahraouie

Le Coordinateur à la sous-commission des droits de l’Homme au sein du Parlement Européen, Miguel Urban Crespo, a exhorté à Tifariti (Territoire sahraoui libéré), le gouvernement espagnol et l’UE à ne plus continuer à ignorer la situation actuelle de la cause sahraouie.
S’exprimant en marge des travaux du 4ème jour du 15e Congrès du Front Polisario qui se tient depuis jeudi à Tfariti, M. Miguel a indiqué dans une déclaration à l’APS, que l’Espagne et l’Union Européenne qui se sont montrés à plusieurs fois « indifférents et complices du Royaume du Maroc » vis-à-vis de la question du Sahara Occidental, ne doivent plus continuer à ignorer la situation du peuple sahraoui et ne plus perdre de temps, estimant que « l’Espagne, qui a jusqu’à présent fait partie du problème, peut devenir partie de la solution et contribuer efficacement à la solution ».
« Plusieurs fois, a-t-il déploré, ce sont les intérêts économiques qui ont prévalu sur la question du droit et du respect des droits légitimes du peuple Sahraoui ».
Pour M. Miguel, également vice-président de l‘Intergroupe sur le Sahara Occidental, récemment approuvé par le Parlement Européen, « il serait fondamental que l’Intergroupe agisse au niveau du Parlement Européen pour faire prévaloir la non-reconnaissance de l’exploitation du territoire du Sahara Occidental à travers des accords illégaux », estimant que « ce sera une des tâches prioritaires que s’assignent cette Plateforme ».
A ce sujet, et au terme des accords d’association entre le Royaume du Maroc et l’UE, le Parlementaire Européen a rappelé l’article 2 qui stipule, la nécessité de respecter les droits de l’Homme, « qui ne sont toutefois pas respectés par le Royaume, qui ne respecte même pas les droits de son propre peuple », a constaté le vice-président de la Gauche à la législature Européenne.
« Ce qui nous emmène à dire, a-t-il poursuivi, que l’UE ne doit pas continuer de regarder de l’autre côté, et fermer les yeux sur ses relations avec le Maroc ».
Enfin et en sa qualité de Coordinateur à la sous-commission des droits de l’Homme, Miguel Urban, a fait part aussi du constat des membres de son Intergroupe, lié aux violations en permanence, des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés.
Il a fait savoir à ce sujet, qu’une visite de membres du Parlement Européen sera bientôt organisée par son Intergroupe sur le Sahara Occidental vers les territoires sahraouis occupés et ce, sur la base du calendrier du Parlement Européen.
« Nous voudrions cette fois-ci que le Maroc ne nous empêche pas. S’il nous empêche, cela veut dire qu’il a quelque chose à dissimuler à la Communauté internationale », a-t-il conclu.
Composé de quelque 120 députés de cette législature, l’Intergroupe a récemment été approuvé par le Parlement Européen, en vue de « respecter et reconnaitre la décision du tribunal Européen » en ce qui l’accord commercial et de pêche liant le Maroc et l’UE, a-t-il souligné, se félicitant d’avoir eu l’occasion d’exprimer sa solidarité depuis les terres d’un territoire libre du Sahara Occidental, en l’occurrence, la région de Tifariti.

Leave a Reply