A la UNE

Selon l’ancien président de l’APN, Abdelaziz Ziari : Pour ressouder le tissu social, le nouveau chef de l’Etat se doit d’écouter les revendications des Algériens

Commentant le discours prononcé par M. Abdelmadjid Tebboune, après son investiture à la tête de l’Etat Algérien, l’ancien président du Parlement, Abdelaziz Ziari, considère que celui-ci marque une « rupture avec le passé ».

S’exprimant, ce dimanche, sur les ondes de la Radio Algérienne, ce dernier estime qu’après avoir été « prise en mains » par des leaders issus de la guerre de libération, l’Algérie est désormais arrivée au terme d’un cycle de son histoire, « pour des raisons biologiques et physiologiques ».
Soulignant qu’il ne saurait y d’autre alternative « que le dialogue », M. Ziari juge que les revendications exprimées par les Algériens lors de leurs rassemblements répétés, sont suffisamment claires pour amener le nouveau chef de l’Etat à les écouter « et à y répondre ».
Mais pour mener à bien un tel dialogue, il n’en estime pas moins indispensable de l’entreprendre avec les « bons interlocuteurs », ceux dit-il, qui ont une représentativité réelle mais également le souci de la nation.
Pour M. Ziari, il y a urgence à « ressouder le tissu politique et social », pour ne pas continuer à rester dans la situation d’un pays coupé en deux « sur des bases politiques ou régionales ».
Pour mener ces chantiers à bien, l’intervenant estime comme préalable d’en passer par le rétablissement « difficile » d’une confiance « perdue » par les Algériens trompés par leurs dirigeants. Pour cela, poursuit-il, il faudrait que le nouveau président en donne la preuve, « par des actes » concrets.

Leave a Reply