A la UNE

Importation des véhicules d’occasion : Une enquête douanière préalable

Le Gouvernement a confié à la direction générale des douanes le soin d’enquêter sur la véracité des prix des véhicules de moins de trois ans, qui pourront être importés à partir de l’année prochaine, selon le ministre des Finances, Mohamed Loukal, rapporte le site Ennaharonline.
« L’enquête sur prix du véhicule que le citoyen souhaite importer sera effectuée par la Direction Générale des Douanes », a déclaré le ministre des Finances, jeudi dernier, à l’occasion de la cérémonie d’investiture du président Abdelmadjid Tebboune, au Palais du Peuple, selon le même média.
Cette mesure aura pour objectif d’éviter la surfacturation, empêchant ainsi de relancer le phénomène du transfert illicite de devises vers l’étranger. En prenant cette décision, le ministre des Finances veut empêcher les citoyens de déterminer, eux-mêmes, et de manière anarchique, le prix du véhicule d’occasion à importer sans vérification par les voies de la Direction générale des Douanes.
Importation de véhicules d’occasion, à quel prix?
Avec l’entrée en vigueur de la loi de Finances 2020 qui autorise les Algériens à importer les véhicules d’occasion, le débat sur les prix est relancé. En se référant aux prix affichés par les sites français spécialisés dans la vente de véhicules d’occasion, tels que « La centrale », le prix de la voiture la moins chère sur le marché français tourne autour de 6.000 euros. A cela s’ajoute le prix du transport terrestre et maritime.
Eu égard de la situation économique du pays : baisse des réserves de change, tension sur la valeur du dinar, baisse du pouvoir d’achat, de nombreux députés et d’économistes ont appelé à porter l’âge des véhicules d’occasion à cinq ans, au lieu de trois ans. Toutefois, cette option n’a pas été retenue lors l’examen du projet de loi à l’Assemblée populaire.
En septembre dernier, le Gouvernement a fixé les conditions d’importation des véhicules touristiques d’occasion de moins de trois ans d’âge, prévue par la loi de Finances 2020. En outre, le véhicule à moteur essence doit être équipés de dispositif de carburation GPL/GNC ou adaptés pour subir la transformation à cette carburation.
Le citoyen algérien désireux d’acquérir un véhicule d’occasion doit s’acquitter des droits et taxes relevant du régime de droit commun, et ne pourra se faire qu’une fois tous les trois ans. L’importation se fait sur leurs devises propres, par débit d’un compte devises ouvert en Algérie.

Leave a Reply