ORAN

Dans les communes d’Oran et de Sidi Chahmi : Des opérations de démolition de constructions illicites

Dans le cadre de la lutte contre le phénomène des bidonvilles qui ont défiguré la capitale de l’ouest ces dernières années, des opérations de démolition des constructions illicites seront effectuée incessamment au niveau des daïras d’Oran et d’Es-sénia.
En effet quelque 70 habitations érigées de manière illégales devront être démolies prochainement au niveau des communes d’Oran et de Sidi Chahmi, et ce, sur instruction du wali, M. Abdelkader Djellaoui. Ces constructions illicites ont été constatées à la nouvelle cité Moudjahid Mohamed Bouhafsi, lieu appelé communément Hayat Regency et qui relève de la commune de Sidi Chahmi et à haï Badr (ex Cité Petit) dans la commune d’Oran. M. Djellaoui a ordonné, avant-hier lors d’une séance de travail organisée au niveau du siège de la wilaya, que toutes les mesures juridiques nécessaires soient prises contre les auteurs de ses dépassements et leurs complices. Il a exhorté les responsables de ces communes d’entreprendre des sanctions sévères contre les services chargés de l’éradication et la lutte contre le phénomène des constructions illicites, qu’il accuse de négligence. Le premier responsable de la wilaya d’Oran a indiqué que d’autres opérations de démolitions suivront au niveau d’autres zones pour mettre fin à l’exaspération de ce phénomène qui a défiguré le tissu urbain de la capitale de l’ouest qui s’apprête à accueillir un évènement sportif international qu’est la 19e édition des Jeux Méditerranéens en 2021. Il faut noter que les deux bidonvilles concernés par les prochaines opérations de démolition ont été totalement éradiqués et leurs anciens occupants ont tous bénéficié de logements décents, et ce, l’an passé seulement. D’autres individus n’ont pas hésité à s’y installer et d’ériger des habitations de fortunes pour bénéficier de logements neufs. Il s’agit d’une astuce qui a jusque-là bien payée puisque des centaines voire des milliers d’individus ont réussi à se faire reloger. Une pratique qui continue à fausser les chiffres des responsables locaux qui n’arrivent pas – il faut l’admettre- à voir le bout du tunnel en matière de relogement et d’éradication des bidonvilles. Par conséquent les oranais qui ont postulé pour des logements sociaux (formule appelée communément à point) attendent depuis plusieurs décennies, d’où la décision des autorités locales de se pencher sur la question. Notons dans ce cadre qu’une vaste opération d’assainissement des listes des demandeurs est en cours pour le relogement de cette catégorie. Pour parer la route à ce genre d’intrus et pour les évincer des listes de demandeurs de logement, les autorités locales sont à pieds d’œuvre en matière d’éradication des bidonvilles. En effet dans le cadre de la lutte contre la prolifération de constructions illégales, tant sur les terres agricoles que forestières, le long du littoral et des plages, plusieurs opérations de démolition des habitations illicites construites de manière illégale ont été effectuées ces derniers mois.

La « guerre » contre les bidonvilles se poursuive

La dernière en date a été effectuée le mois de novembre dernier où des dizaines de constructions illicites ont été démolies dans la zone balnéaire d’Ain Franine, relevant de la commune de Bir el Djir. Plusieurs opérations similaires ont été également effectuées durant le même mois à travers toutes les communes du littoral oranais. Le phénomène des constructions illicites a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années au niveau de toutes les villes à l’échelle nationale, notamment au niveau des grandes ce a qui transformé nos agglomérations gigantesques en bidonvilles. C’est pourquoi les autorités effectuent régulièrement des opérations de démolition pour d’éradiquer les bidonvilles afin de redonner à nos villes leur splendeur d’antan. Dans ce cadre des centaines d’habitations érigées de manière illégale ont été démolies ces derniers temps par les autorités locales de la wilaya d’Oran. Il faut noter que la daïra de Bir El Djir s’est tallée la part du lion en matière de démolition de constructions illicites depuis le lancement de ces opérations depuis le début de l’année en cours. Rappelons dans ce même cadre d’idées que l’actuel chef de l’exécutif de la wilaya d’Oran, M Abdelkader Djellaoui, a depuis sa venue était ferme en ce qui concerne la lutte contre les bidonvilles. Il a instruit ses collaborateurs de la nécessité de poursuivre cette campagne, il a été formel sur ce plan en n’indiquant qu’aucune transgression ne sera désormais tolérée. Il a également mis l’accent sur l’impératif d’assainir les villes côtières des bidonvilles qui ont terni, ces dernières années, l’image du littoral oranais. Djellaoui a déclaré dans ce cadre qu’il prendra les maires pour responsables. Il est à noter dans ce même cadre d’idées que le phénomène des bidonvilles a envahi les communes côtières de la wilaya d’Oran notamment celles qui relèvent de la daïra d’Ain Turck. Certaines « se sont clochardisées », selon les propos des riverains de cette région qui n’ont pas cessé d’exprimer leur mépris aux autorités à chaque fois qu’une occasion se présentait. Ils dénoncent la mainmise de certains individus venus d’ailleurs qui se permettent tous les excès et qui ont transformé certaines plages de la région en « taudis ». Les habitants d’Ain Turck se disent rassurés depuis l’entame des opérations de démolitions des constructions illicites par les autorités. Rappelons que la plus importante de ces opérations a été effectuée la veille de la dernière saison estivale où un grand nombre de masures et autres baraques ont été démolies.
B Samira

Leave a Reply