REGION

Tizi-Ouzou : Naguère entouré de décharges, le village Sahel sacré ambassadeur pour la propreté

D’une agglomération entourée d’une dizaine de décharges sauvages au « statut » de village le plus propre, Sahel dans la commune de Bouzeguène (sud-est de Tizi-Ouzou), a fini par remporter le Prix Rabah Aissat du village le plus propre de la wilaya, en récompense aux efforts de ses habitants en matière de préservation de l’environnement et d’enjolivement de l’espace public.
Trois kilomètres séparent la ville de Bouzeguène de Sahel. Le village est accessible par une route qui descend. Les toits et terrasses des premières maisons, cernées d’arbres et de plantes ornementales, pointent en contrebas de la route principale. « Ansuf Yisswen ar Tadart n Ssahel » (Bienvenue au village de Sahel, en tamazight), lit on sur une banderole suspendue entre un figuier et un olivier, à l’une des entrées de ce grand village.
L’emblème national y est grandement déployé. Des pots de plantes décoratives aux feuillages et fleurs aux couleurs chatoyantes sont alignés le long de la sente donnant accès au village, ouvrant une procession interminable de merveilleux pays ages. Propreté, entretien, embellissement, se conjuguent à tous les temps au village Sahel.
A croire que celui-ci vient tout juste de faire sa toilette tellement il « respire » la propreté.
Des affiches appelant au respect de l’environnement et rappelant la valeur des déchets recyclables sont collées un peu partout sur les façades et les portails des maisons. Des poubelles pour différents types de déchets et des cendriers urbains sont aussi installés à travers les ruelles et places publiques du village.
Deux membres du comité de village, Chebini Youcef et Tarik Boudia, confient que le « déclic » écologique s’est produit en 2014, année à partir de laquelle les 3.000 habitants de Sahel ont décidé de s’engager concrètement dans une démarche de préservation de l’environnement pour améliorer leur cadre de vie.

Trois étapes pour une gestion efficace des déchets

Le Prix du village le plus propre, décerné mercredi dernier par l’Assemblée populaire de wilaya (APW), est la consécration de cinq années de dur labeur, d’engagement de toute une communauté villageoise sur la voie de la préservation de l’environnement, avec ses moments d’espoir, d’hésitation, de recommencement mais jamais d’abandon vu la détermination à se prendre en charge pour s’offrir un cadre de vie meilleur et laisser un environ nement sain aux générations futures, ont observé MM. Chebini et Boudia.
Pour les habitants de ce grand village qui s’étend sur 50 ha, situé à environ 600 mètres d’altitude et bordé dans sa partie basse par le Haut Sébaou, la tâche n’était pas facile. La détermination des villageois et surtout leur union et esprit de solidarité et d’entraide, ont permis de surpasser toutes les difficultés pour devenir « les ambassadeurs » de l’environnement pour l’année 2019.
Le président du comité de village, Rachid Oudali, qui est aussi le président de l’Assemblée populaire communale (APC) de Bouzguène, a expliqué qu’il a fallu passer par trois étapes pour arriver à une gestion « efficace des déchets ».

Leave a Reply