A la UNE

Université Sétif-2 : Ouverture d’une formation sur les dimensions régionales du terrorisme

Un stage de formation, au profit de plusieurs corps de sécurité, s’est tenu à l’université Mohamed-Lamine-Debaghine Sétif-2, sous l’intitulé « Premiers cours professionnels sur les dimensions régionales du terrorisme et de l’extrémisme du point de vue de l’Algérie sur le projet international PraNET ».
Approché en marge de la rencontre, qui se poursuivra jusqu’au 26 novembre, la vice-recteur chargé des relations internationales et de la coopération, Nawal Abdellatif Mami, a indiqué que cette rencontre scientifique, organisée dans le cadre du partenariat tripartie entre l’université de Sétif-2, l’université italienne Bergame et l’université azerbaidjanaise Ada, est destinée aux divers corps de sécurité concernés par la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme et les structures concernées par la politique de réinsertion sociale.
Selon la même source, 20 cours seront donnés à l’occasion sur les approches de lutte contre ce phénomène ainsi que des éclaircissements sur les expériences algériennes, azerbaidjanaises et italiennes, avec une insistance sur l’expérience de l’Algérie en la matière, a précisé la même source.
Le stage s’inscrit dans le cadre d’un projet mené depuis janvier passé conjointement par ces trois universités (Sétif, Bergame et Ada), incluant un master spécialisé dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme pour 18 étudiants de l’université de Sétif-2 dont la première promotion présentera le 20 novembre courant à l’université italienne de Bergame ses thèses de soutenance.
Le projet porte également sur la présentation de cours sur le thème et des activités de recherche à sanctionner par la conception d’un ouvrage par les thésards.
De son côté, le Pr. Michael Bruneli de l’université de Bergame (Italie) et le Pr. Narjisse Islam Youva de l’université d’Ada (Azerbaïdjan) ont évoqué les efforts de leurs Etats respectifs dans la lutte contre le terrorisme considérant que l’Algérie est pionnière dans le domaine et que l’occasion est opportune pour la communauté internationale de tirer profit de son expérience.
Le recteur de l’université de Sétif-2, le Pr. El Kheïr Kechi, a estimé que la lutte contre le terrorisme concerne tout le monde puisque 53 pays ont souffert de ce phénomène et l’Algérie possède une grande expérience dans la lutte contre ce fléau, acquise durant la décennie noire. Cette expérience, a-t-il ajouté, ne s’est pas limitée au combat contre le terrorisme mais s’était élargie à la réinsertion dans la société des concernés en plus d’y faire face à l’heure des évolutions technologiques.
Il a rappelé que l’Algérie a été un des premiers Etats à œuvrer en faveur de la coopération internationale dans la lutte contre ce phénomène et un des premiers signataires des conventions internationales relatives à cette lutte, contribuant positivement à la présentation des conventions internationales sur la lutte contre le financement des groupes armés ainsi qu’à initier des méthodes de réinsertion sociale des « égarés » et la conception d’une stratégie mondiale de lutte contre le terrorisme.
Le stage, a-t-il ajouté, aborde ce phénomène selon une approche académique apolitique en vue d’avancer davantage dans la lutte contre le fléau et proposer une stratégie opératoire pour en prévenir les risques futurs.
Ce stage est encadré par des experts algériens ainsi que ceux des deux universités de Bergame (Italie) et d’Ada (Azerbaïdjan).

Leave a Reply