INTERNATIONAL

Selon Moscou : Une «vague de violences déclenchée par l’opposition» a poussé Evo Morales à la démission


La diplomatie russe a dénoncé ce 11 novembre les violences orchestrées par l’opposition en Bolivie pour forcer le président Evo Morales à la démission, des événements qui rappellent, pour Moscou, «le scénario d’un coup d’Etat».
«Une vague de violences déclenchée par l’opposition a empêché [Evo] Morales d’achever son mandat présidentiel», a déploré le ministère russe des Affaires étrangères ce 11 novembre.
Moscou a estimé que l’exécutif bolivien «voulait une solution sur la base d’un dialogue politique, mais à la place les événements ont pris une tournure rappelant le scénario d’un coup d’Etat».
Faisant état de sa «préoccupation», la diplomatie russe a appellé toutes les forces politiques boliviennes à trouver «une voie constitutionnelle pour sortir» de la crise.

Leave a Reply