A la UNE

Présidentielle : Après Tebboune et Benflis, Mihoubi dévoile son programme

Sur les 200 propositions du programme, l’économie a eu la part du lion dans le projet du RND, pour sa campagne à la présidentielle.
Avec 150 propositions qui touchent le secteur économique et qui donnent des alternatives pour faire face à la crise actuelle, Azzeddine Mihoubi, SG du RND et candidat à la Présidentielle, avoue que les anciens gouvernements ont échoué dans leurs politiques et c’est l’économie qui a payé le prix. Pour remédier à la situation, Mihoubi propose de créer un méga-ministère de l’Economie, en premier lieu. « Ce ministère englobera le secteur de l’énergie, les finances, les TIC et l’industrie », a-t-il mentionné lors de son passage sur la chaîne Ennahar TV. « L’absence de la cohérence entre les secteurs a retardé le développement de plusieurs projets », a estimé le candidat du RND à la Présidentielle. Le second point évoqué par le même candidat est l’abrogation de toutes les lois qui entravent les investissements, et qui n’ont pas de place dans une économie ouverte. « Nous avons fait fuir plusieurs investisseurs à cause des lois sur l’investissement, notamment celle de 51/49 qui doit être liée uniquement à des domaines stratégiques ». Le secteur des services doit être épargné par cette loi, a-t-il préconisé. Toujours concernant les investissements, Mihoubi prévoit de diminuer les mesures bureaucratiques, et lutter contre la centralisation. A titre d’exemple, il a indiqué que les walis seront soumis à une concurrence sur les investissements au niveau de leurs wilayas. « Il faut que les Algériens oublient qu’ils ont de la rente, et doivent aller vers les investissements dans les start-up et les MPE » a-t-il suggéré. Toutefois, le candidat du RND n’a pas donné beaucoup de détails sur le procédé qu’il compte employer pour ce faire. Le Conseil national des investissements doit porter uniquement sur les investissements qui dépassent les 30 milliards de dinars. Évoquant les investissements publics, Mihoubi a reconnu leur importance pour la croissance de l’économie nationale, mais il n’a pas caché son intention de donner de la place au secteur privé, et cela par « l’ouverture du capital à environ de 34% de plusieurs sociétés publiques à part la Sonatrach ». Pour ce qui est de la micro-économie, le candidat du RND prévoit de prendre des mesures pour améliorer le pouvoir d’achat en procédant à l’exonération des retraités qui touchent moins de 24.000 DA et les salariés qui touchent moins de 30.000 DA de l’impôt sur le revenu.

Leave a Reply