INTERNATIONAL

France : Grande manifestation pour dénoncer l’islamophobie


Expliquant en avoir «marre que des médias fassent passer cette expression religieuse pour une expression de guerre», l’ex-directeur du controversé CCIF a scandé «Allahu akbar» avec des manifestants lors de la marche contre l’islamophobie, à Paris.
Directeur exécutif du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) de mars 2016 à octobre 2017, Marwan Muhammad, a été filmé alors qu’il enjoignait les manifestants de la marche contre l’islamophobie, à Paris ce 10 novembre, à scander la locution arabe «Allahu Akbar», qui signifie littéralement «Dieu est grand».
«On dit « Allahu Akbar », on dit « Allahu Akbar », on dit « Allahu Akbar »», a répété trois fois le fondateur de l’organisation communautaire Les musulmans avant d’enchaîner : «Parce qu’on est fiers d’être musulmans et d’être citoyens français.» Et le militant d’enchaîner sous les acclamations : «On dit « Allahu Akbar » car on en a marre que des médias fassent passer cette expression religieuse pour une expression de guerre».
Interrogé par Libération dans l’après-midi sur ces images, qui ont beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, l’intéressé a expliqué avoir improvisé son discours pour «dédramatiser l’expression» après avoir remarqué que la foule l’avait reprise en chœur quand il avait cité une première fois «Allahu Akbar». «C’est là que je leur fais dire « Allahu Akbar » pour montrer qu’ils sont fiers d’être musulmans et français et que cette expression a été diabolisée», ajoute-t-il encore.
Au micro de la journaliste de RT France Mona Hammoud, présente pour couvrir cette manifestation, Marwan Muhammad a nié tout lien du CCIF avec les Frères musulmans, comme dénoncé par les opposants au rassemblement. «Le CCIF […] n’a aucune espèce de début de lien avec les Frères musulmans, mais quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage», a-t-il assuré, saluant le travail de terrain de cette organisation.
La manifestation, qui a rassemblé 13 500 personnes venues dire «stop à l’islamophobie», selon un comptage du cabinet Occurence pour un collectif de médias, dont l’AFP, s’est terminée en fin de journée sur la place de la Nation à Paris. Les manifestants ont, à cette occasion, entonné une Marseillaise.

Leave a Reply