ORAN

5èmes journées du registre des AVC au CHUO : L’importance de la prévention et de la sensibilisation, soulignée

Les participants aux cinquièmes journées nationales du registre des accidents vasculaires cérébraux et des troisièmes journées nationales de médecine d’urgence ont mis en exergue la nécessité de la prévention.
Dans leurs interventions, lors de ces journées organisées à la salle de conférence Mohamed Megharbi du CHU Oran, sous les thèmes « Formation continue » et « Cerveau, cœur et poumons », par le centre hospitalo-universitaire d’Oran ‘Dr Benzerdjeb’ (CHUO), en collaboration avec l’Association des Médecins d’Anesthésie et de Réanimation d’Oran (AMARO), les intervenants ont longuement parlé des facteurs et des causes qui entraînent les accidents vasculaires cérébraux, à savoir l’âge, le stress, la tension cérébrale, l’hypertension artérielle, le tabac, l’obésité, le diabète, l’alcool, la mauvaise alimentation, la contraception et la sédentarité. Ils ont également mis l’accent sur l’importance de la prévention.

Plus de 600 cas en 10 mois

Ils ont appelé à multiplier les actions de sensibilisation sur les signes des AVC pour permettre à une plus large tranche de la population de détecter les symptômes très rapidement, ce qui est en mesure de sauver plus de personnes de l’handicap. Notons que l’AVC survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue, soit par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou d’infarctus cérébral), ou par l’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie dans le cerveau (AVC hémorragique ou d’hématome). L’accident vasculaire cérébral (AVC) perturbe l’apport sanguin au cerveau, entraînant une privation d’oxygène, des lésions cérébrales et une perte de fonction. Les accidents vasculaires cérébraux peuvent aussi causer des dommages permanents, notamment une paralysie partielle et des troubles de la parole, de la compréhension et de la mémoire. Il faut rappeler dans ce cadre d’idées qu’une personne sur 6 dans le monde subira un AVC au cours de sa vie. Chaque année, 15 millions de personnes dans le monde sont victimes d’un AVC et 5,8 millions en meurent. L’AVC prend une vie toutes les 6 secondes. Il s’agit de la deuxième cause de décès chez les personnes âgées de plus de 60 ans et de la cinquième cause chez les 15 à 59 ans. En Algérie, l’accident vasculaire cérébral touche chaque année environ 60 000 personnes. A Oran, les spécialistes parlent d’une moyenne de près de 80 cas enregistrés chaque mois. Pas moins de 631 cas ont été enregistrés depuis le début de l’année en cours jusqu’à la fin du mois d’octobre dernier. Ces journées scientifiques, clôturées ce lundi, ont été ouvertes par le professeur Mokhtari Djabelah Houria Nassira, chef de l’unité de traitement des accidents vasculaires cérébraux au niveau du service des urgences médicales du CHU Oran, et ce, en présence du secrétaire général du même établissement sanitaire, Alaili Noureddine, qui représentait le directeur général, Betouaf Hadj, ainsi que du directeur des activités médicales et paramédicales, le professeur Boumeslout Salim. A cette rencontre ont également pris part de nombreux professeurs de divers départements hospitaliers du pays.

Leave a Reply