INTERNATIONAL

France : Grande marche contre l’islamophobie dimanche à Paris

Une marche contre l’islamophobie visant à dénoncer les actes antimusulmans a eu lieu hier à Paris en milieu de journée.
La manifestation, à l’appel de plusieurs personnalités et organisations comme le NPA ou encore le Collectif contre l’islamophobie en France, doit démarrer à 12H00 GMT de la Gare du Nord en direction de la Place de la Nation.
Un appel a aussi été lancé pour une manifestation à Toulouse.
L’appel à manifester a été lancé le 1er novembre dans le quotidien « Libération » quelques jours après une attaque contre une mosquée de Bayonne (sud-ouest) revendiquée par un ancien militant d’extrême droite de 84 ans et qui a fait deux blessés graves.
Le message initial était de dire « STOP à l’islamophobie », à la « stigmatisation grandissante » des musulmans, victimes de « discriminations » et d' »agressions » dont « l’attentat contre la mosquée de Bayonne (…) est la manifestation la plus récente ».
La France est le pays d’Europe occidentale, qui a la plus importante communauté musulmane (7,5% de la population).
« Il y a une volonté de saboter la manifestation, évidemment », a estimé Madjid Messaoudene, conseiller municipal de gauche de la ville de Saint-Denis (région parisienne) et l’un des initiateurs de l’appel.
Il pense « qu’il y aura beaucoup de monde » à cette « marche progressiste », car « il y a un contexte où les gens ont besoin de dire ça suffit ».
De nombreuses personnalités, notamment politiques, doivent participer à la manifestation, comme Jean-Luc Mélenchon.
« J’observe qu’en partant d’un désaccord sur un mot, certains refusent en réalité aux musulmans le droit d’être défendus par des gens qui ne sont pas musulmans et qui veulent faire cesser l’ambiance actuelle contre eux », a estimé le chef de file de la gauche radicale française.


«STOP à l’islamophobie»
Marine Le Pen dénonce une manifestation «organisée par les islamistes»
La présidente du Rassemblement national a estimé que les personnes qui iront manifester ce 10 novembre pour dire «STOP à l’islamophobie», notamment de La France Insoumise, seraient «main dans la main avec les islamistes».
«C’est une manifestation organisée par les islamistes», a déclaré Marine Le Pen, à la veille d’une mobilisation dont l’objet est de dire «STOP à l’islamophobie». «Tous ceux qui vont se rendre à cette manifestation seront main dans la main avec les islamistes, c’est-à-dire ceux qui développent dans notre pays une idéologie totalitaire qui vise à combattre les lois de la République française», a confié la présidente du Rassemblement national (RN) à la presse, en marge d’une visite au Salon du Made in France (MIF Expo), à Paris porte de Versailles.
Une cinquantaine de personnalités ont lancé un appel à manifester le 10 novembre à Paris pour dire «STOP à l’islamophobie» et dénoncer la «stigmatisation grandissante» des musulmans, après l’attaque d’une mosquée et de nouvelles tensions autour du voile islamique.
Mais les termes utilisés et l’identité de certains initiateurs de l’appel, publié dans Libération le 1er novembre, ont conduit une partie de la gauche à ne pas s’y associer – le Parti socialiste (PS), le Parti radical de gauche (PRG), le patron du Parti communiste français (PCF) Fabien Roussel… – et une autre à relativiser son soutien initial, comme l’eurodéputé Europe Ecologie Les Verts (EELV) Yannick Jadot et le député La France insoumise (LFI) François Ruffin. Parmi les initiateurs de l’appel à manifester, figurent le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), le Comité Adama, la plateforme L.E.S. Musulmans, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), le journaliste et militant Taha Bouhafs ou encore l’élu de Saint-Denis Madjid Messaoudene.

Leave a Reply