MONDE ARABE

Yémen : Gouvernement et séparatistes signent un accord de partage du pouvoir dans le Sud

A handout picture provided by the Saudi Royal Palace on November 5, 2019, shows (centre L to R) Crown Prince of Abu Dhabi Sheikh Mohamed bin Zayed al-Nahyan walking alongside Yemen's President Abedrabbo Mansour Hadi and Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman as they attend a peace-signing ceremony between the Saudi-backed Yemeni government and the southern separatists in the capital Riyadh. Yemen's internationally recognised government signed a power-sharing deal with southern separatists on November 5, in a Saudi-brokered initiative to end a conflict simmering within the country's civil war. The unrest in the south, which saw secessionist forces seize control of the interim capital Aden, distracted the Saudi-led coalition from its battle against the Huthi rebels, and raised fears that the country could break apart entirely. - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
/ AFP / Saudi Royal Palace / Bandar AL-JALOUD / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Le gouvernement yéménite reconnu par les Nations unies devrait retrouver sa base arrière dans la ville d’Aden en échange de l’intégration de séparatistes en son sein.
Communiquée par le palais royal saoudien à l’Agence France-Presse, cette photo montre les dirigeants de l’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et du Yémen lors de la signature de l’accord de paix, le 5 novembre. BANDAR AL-JALOUD / AFP
Le gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale a signé à Riyad, mardi 5 novembre, un accord de partage du pouvoir avec les séparatistes pour mettre fin à un conflit dans le sud du Yémen, pays dévasté par une guerre aux fronts multiples.
L’accord prévoit, selon des sources politiques yéménites et saoudiennes, d’intégrer des séparatistes membres du Conseil de transition du Sud (STC) au gouvernement et le retour de celui-ci à Aden, la grande ville du Sud.
Les forces séparatistes du STC ont pris en août le contrôle d’Aden, qui était devenue la base de repli du gouvernement après son expulsion de la capitale, Sanaa (dans le nord du pays), en 2014, par les rebelles houthis venus du nord du Yémen. Les séparatistes sudistes sont en principe alliés des forces progouvernementales dans la guerre livrée depuis 2014 contre les rebelles houthis avec le soutien d’une coalition militaire dominée par l’Arabie saoudite. Mais des combats meurtriers ont opposé les deux camps dans le Sud ces derniers mois, ouvrant un nouveau front dans le conflit.

Leave a Reply