A la UNE

Ecriture de l’Histoire : Les institutions continueront à assumer leur responsabilité

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a affirmé, lundi à Alger, que les institutions de l’Etat « continueront à assumer » leur responsabilité en matière d’écriture de l’histoire nationale en vue de « la sauvegarde et la préservation de la mémoire de la nation ».

Les institutions de l’Etat continueront à assumer leur responsabilité dans la contribution à l’écriture de l’histoire nationale en vue de la sauvegarde et la préservation de la mémoire de la nation et l’enrichissement de l’école de l’histoire nationale », a déclaré le ministre lors de la cérémonie de distinction des lauréats à la 24e édition du Prix du 1er Novembre 1954, en présence du ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi, et le ministre de la Formation et l’Enseignement professionnels, Dada Moussa Belkhir.

A ce propos, M. Zitouni a précisé que l’objectif de ce Prix était de « booster la dynamique de la recherche scientifique et la créativité en la matière et, partant, consacrer la culture historique et favoriser un climat d’émulation de haut niveau contribuant à la valorisation de notre patrimoine historique et culturel ».

L’organisation de ce concours se veut « un message civilisationnel à travers lequel nous remémorons les épopées de nos héros, et une occasion pour mettre en avant les hauts faits de la Guerre de libération, transmettre le message des chouhada et méditer les valeurs qui ont inspiré la génération novembriste pour la préservation de la Patrie et sa souveraineté », a-t-il ajouté.

Organisée au Centre national d’études et de recherches sur le mouvement national et la révolution du 1er Novembre 1954 (CNERMN54), cette cérémonie coïncide avec le 65e anniversaire de la mort en martyr du chahid Si Ben Abdelmalek Ramadan, le 4 novembre 1954, l’un des membres du Groupe des 22. Ainsi, des rencontres sur la vie de ce chahid sont organisées au niveau de tous les musées régionaux et de wilaya ».

Le Prix du 1er Novembre 1954 récompense les meilleurs ouvrages littéraires et artistiques (romans, poèmes, recherches en histoire en rapport avec la Guerre de libération nationale).

Leave a Reply