A la UNE

Après 10 jours de débrayage : Le SNM annonce l’arrêt de la grève des magistrats

Le Syndicat national des magistrats a annoncé, ce mardi 5 novembre dans un communiqué, la suspension de la grève des magistrats qui dure depuis 10 jours. Le SNM dit qu’une issue a été trouvée avec le ministère de la Justice, mettant fin ainsi au bras de fer.
Le Syndicat précise dans son document qu’une réunion a été tenue à la Cour Suprême, avec la médiation du premier président de cette dernière. Il y a aussi la présence du président du syndicat des avocats, le président et deux membres du bureau exécutif du SNM, ainsi que le secrétaire général du ministère de la Justice.
24 heures auparavant, le SNM s’est dit prêt à suspendre momentanément la grève, à la condition que le ministère de la Justice fasse un geste concernant le mouvement dans le corps des juges décidé par le Conseil supérieur de magistrature (CSM), cause de leur débrayage qui était ce mardi à son 10e jour.
Les magistrats sont montés au créneau notamment après l’usage, dimanche, de la force publique (forces antiémeutes de la Gendarmerie) pour malmener les juges à l’intérieur même de la Cour d’Oran. Lundi, les magistrats ont observé un rassemblement devant la Cour Suprême pour dénoncer la répression des juges à Oran et réclamer l’indépendance effective de la Justice.
Le même jour, le président du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), Bouzid Lazhari, s’est proposé pour conduire une médiation entre les magistrats représentés par le SNM et les autorités par le ministère de la Justice. Bouzid Lazhari, fraîchement installé à la tête du CNDH, a en effet reçu le secrétaire général du SNM, Issaad Mabrouk.
Selon le secrétaire général du CNDH, Abdelouahab Mardjane, lors de l’entrevue, les magistrats étaient prêts à reprendre momentanément du service si la tutelle revoit sa décision concernant les mutations. Il a indiqué que, pour les magistrats, c’est « une condition sine qua non ».
Selon lui, il est proposé « l’installation d’un comité ad hoc qui procédera à l’étude des dossiers des magistrats pénalisés par ce mouvement », ajoutant que « le président du CNDH appelle à un dialogue serein pour un règlement définitif dans les plus brefs délais », a-t-il dit dans une déclaration ce lundi à la Chaîne III. A l’heure où nous mettons sous presse, aucune information n’a filtré sur les raisons ayant persuadé les magistrats à mettre fin à leur mouvement de débrayage et si, oui ou non, un compromis a été trouvé finalement avec le ministère de la Justice.

Leave a Reply