REGION

Blida : Une trentaine de participants au 4è salon de l’artisanat et des métiers

Une trentaine d’artisans ont pris part, dimanche, à l’ouverture du 4eme salon de l’artisanat et des métiers de la wilaya de Blida, abrité par la commune d’Ouled Aich.
« Cette manifestation est inscrite au titre du programme d’activités de la célébration de la Journée nationale de l’artisan(9 novembre) », a indiqué, le directeur de la Chambre d’artisanat et des métiers (CAM) de la wilaya, Saàdi Ait Zarrouk, soulignant la diversité des produits mis en exposition entre habits et bijoux traditionnels, pâtes traditionnelles, objets décoratifs et articles en bois, en cuivre, bougies, savon naturel…et bien d’autres.
Il a, également, mis en avant la coïncidence de ce salon, organisé en collaboration avec la direction locale du Tourisme et de l’Artisanat jusqu’au 7 du mois courant, avec les festivités de commémoration du 65ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération nationale, à travers la programmation, au dernier jour de la manifestation, d’une cérémonie en l’honneur d’un nombre de moudjahidines ayant exercé un métier artisanal, à l’instar de la confection et réparation des armes.
De nombreux dispositifs publics d’aide à l’emploi prennent, également, part à cette manifestation, en vue d’informer le public visiteur sur les différentes opportunités offertes en matière de financement des projets du secteur, a ajouté le même responsable.
Il a fait part, en outre, d’une session de formation ouverte dans la matinée, dans le domaine de l’extraction des essences végétales et florales, et la distillation de l’eau de roses.
La session d’une durée de cinq jours, profitera à 25 participants des wilayas d’Alger, Blida, Biskra, Médéa, Ain Defla, et Djelfa, a fait savoir M. Ait Zarrouk, signalant son encadrement par des experts du domaine, qui présenteront aux bénéficiaires concernés des cours pratiques et théoriques sur l’extraction des essences végétales et florales, et la distillation de l’eau de roses.

Le rêve d’avoir un local pour vendre ses produits

De nombreux artisans ayant pris part à ce salon n’ont pas manqué d’exprimer, à l’APS, leur ambition d’élargir leurs activités, « à travers l’obtention d’un local, outre l’écoulement de nos produits sur les marchés », ont-ils dit « car nos ventes sont généralement saisonnières », ont-ils déploré.
Ceci est particulièrement le cas de Mme. Guouzi Amel (47 ans), une artisane spécialisée dans la confection de gâteaux et pâtes traditionnels, qui a assuré qu’elle exerce ce métier depuis 27 ans, à son domicile.
Une situation qui ne lui permet pas d’élargir ses activités, déplore t-elle, car travailler à la maison « constitue une entrave pour mon ambition, et une gêne pour ma famille », affirme cette dame, qui rêve d’obtenir un local.
Elle a, également, déploré l’existence d’un autre problème relatif à la commercialisation des produits de l’artisanat. « Mon travail est pratiquement lié à la saison des fêtes, et autres occasions festives en tous genres. En dehors de cela, je suis pratiquement au chômage durant les autres jours de l’année », a-t-elle soutenu, lançant un appel en direction des autorités locales en vue de l' »affectation d’espaces commerciaux fixes pour les produits de l’artisanat, tout au long de l’année ».

Leave a Reply