REGION

Sidi Bel-Abbès : L’irrigation d’appoint touche 10.000 ha dont 4.600 ha consacrés à la production céréalière…

Une superficie de 10.000 hectares de terres productives est irriguée au niveau local, grâce aux investissements dans l’irrigation d’appoint, dont 4.600 hectares consacrés à la production céréalière, a indiqué la direction de l’Agriculture et du Développement rural de Sidi Bel-Abbès. Les mêmes services, depuis le lancement de la campagne annuelle des labours-semailles, ont procédé à des opérations de sensibilisation auprès des fellahs afin qu’ils adoptent des techniques modernes dans l’irrigation pour augmenter la rentabilité de leurs cultures, particulièrement dans la filière céréales et légumes secs. Les cadres relevant de ladite direction invitent, en ce sens, les agriculteurs à anticiper pour éradiquer les fléaux qui affectent la production, comme la sècheresse et les maladies touchant les végétaux. Les spécialistes ont ainsi informé les agriculteurs concernant le soutien de l’Etat pour leur conversion vers l’irrigation d’appoint, par aspersion, au goutte-à-goutte ou par le forage de puits et la construction de bassins. D’autre part, les producteurs de céréales ont été instruits sur les avantages qu’offre l’utilisation des semences de la nouvelle génération résistantes aux maladies, disponibles au niveau des coopératives de la CCLS. De son côté, l’association ‘El Irchad’ pour la vulgarisation agricole, qui active au niveau de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, a animé le week-end dernier une journée de sensibilisation autour du même thème, ceci en présence de cadres de l’Institut régional de recherche agricole. Des spécialistes ont donné, dans ce contexte, d’amples explications aux agriculteurs, dont certains sont nouveaux sur la scène de la production céréalière, tout en précisant les avantages de l’irrigation complémentaire recommandée, vu le climat sec de la région et la perturbation pluviométrique, qui impactent négativement les cultures maraîchères et céréalières, causant ainsi des pertes considérables et, en conséquence, l’augmentation des prix sur le marché. Profitant de l’occasion, les agriculteurs ont fait montre de leur crainte quant aux difficultés rencontrées pour l’obtention de crédits bancaires pour financer ce genre d’investissements, particulièrement la bureaucratie sévissant. Les cadres de la tutelle présents lors de cette journée de sensibilisation ont pris acte de ces préoccupations.

Leave a Reply