A la UNE

37 e marche pacifique : Mobilisation spectaculaire à Alger

Pour le 65e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération de l’Algérie, qui coïncide avec le 37e vendredi des marches pacifiques, la mobilisation à Alger était spectaculaire.

L’organisation de cet important événement a débuté des semaines à l’avance. Les algérois ont mis au point un plan pour accueillir des centaines de milliers de citoyens originaires de l‘intérieur du pays. Ce sont les jeunes qui ont pris ce problème à bras le corps. « Nous n’allons pas laisser les familles dehors. Il est de notre devoir de leur faciliter le séjour à Alger », dit un jeune homme rencontré le 31 octobre dernier à la Place Audin à Alger. Pour éviter les barrages susceptibles de gêner la circulation des personnes, des milliers d’algériens sont arrivés à Alger, dès jeudi matin. Comme, ils sont très nombreux à Alger en ce jeudi, ils décident d’organiser des rassemblements 24 heures avant le 1er novembre. La fête s’est déroulée toute la nuit. Les « invités » sont sollicités par les jeunes algérois qui leur proposent de quoi manger, des boissons et mêmes des endroits pour se reposer. « Une famille nous a ouvert les portes de leur maison. Ils nous assurent les repas et ont aménagé une chambre pour que nous puissions nous reposer », dit un père de famille originaire de Laghouat. « Ma femme et les enfants ont passé la nuit chez une famille algéroise. Les algériens sont merveilleux. Cette lutte a démontré le vrai visage de l’Algérien », dit cette fois un habitant d’Ouargla.
La nuit de jeudi à vendredi a été une fête dans la capitale. Des dizaines de milliers de jeunes scandent des slogans hostiles au pouvoir dont ils réclament le départ. Alors que les jeunes ont envahi la rue, les femmes sont restées à la maison. Cela ne veut pas dire qu’elles ne participent pas à la fête. Elles se sont chargées de préparer des casse-croutes que les enfants distribuent aux marcheurs. À partir de minuit, les femmes se sont mises à pousser des youyous stridents et à battre le pilon. « Les rues résonnent alors au son des pilons. Ce bruit assourdissant ne dérange pourtant pas les manifestants.
Les manifestations ont commencé dès les premières heures de la journée du vendredi. Très tôt le matin, de nouveaux marcheurs arrivent en groupes. Ils ont fait le voyage par train bus, en voiture et par avion dans certains cas. Ils sont des centaines de milliers, les manifestants qui veulent une Algérie prospère. « Personne ne demande des faveurs personnelles. Nous voulons tous une Algérie prospère et où ces enfants auront les mêmes devoirs et droit », dit une mère de famille de Khemis Miliana. « Libérez les détenus. Période de transition. Dégagez tous », sont les quelques slogans lancés par la foule. 3Mais Cette fois ce sera la bonne. C’est plus qu’une démonstration de force. Les manifestants sont plus que toutes les marches précédentes », dit un jeune étudiant en droit à Alger.
Saïd Ibrahim

Leave a Reply