SOCIÉTÉ

Célébration des festivités du 1er Novembre : Tayeb Zitouni exhorte les jeunes à la préservation de la patrie

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a exhorté, mardi à Alger, les jeunes à parachever l’entreprise des Chouhada et des Moudjahidine suivant les principes de la Déclaration de Novembre 1954, à travers la préservation de l’unité et de l’intégrité de la patrie.
Lors d’une visite de courtoisie, à l’occasion du 65e anniversaire du déclenchement de la Glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954, au moudjahid Youcef Khatib, chef de la IVe Wilaya militaire et au moudjahid Abdelkader Lamoudi, membre du Groupe des 22, le ministre a déclaré que « la jeunesse d’aujourd’hui doit prendre exemple sur ces hommes qui nous ont permis d’accéder à l’indépendance, et parachever l’entreprise des Chouhada et des Moudjahidine suivant les principes de la Déclaration de Novembre 1954, à travers la préservation de l’unité et de l’intégrité de la patrie et l’éloignement des problèmes pouvant saper son entité, notamment en cette sensible conjoncture ».
« Novembre qui nous a réuni hier pour libérer le pays doit nous réunir aujourd’hui pour servir la patrie, et l’Algérie possède les compétences nécessaires et les potentialités humaines à même de garantir son avenir », a poursuivi le ministre en marge de cette visite qui a vu la remise à chacun des deux moudjahids d’une attestation de reconnaissance, le bouclier du ministère des Moudjahidine et une gerbe de fleurs.
Estimant que « l’histoire est l’affaire de l’ensemble du peuple algérien et en particulier les médias », M. Zitouni a appelé à saisir la présence de ces dirigeants, qui se comptent à présent sur les doigts, pour leur rendre hommage », ajoutant que « c’est là un devoir envers ces hommes qui sont restés fidèles au Message des Chouhada, et grâce auxquels nous jouissons pleinement de nos richesses ».
Le ministre des Moudjahidine s’est dit fier de cette visite faite à deux grandes figures de notre histoire, estimant que « la génération d’aujourd’hui est très chanceuse d’avoir connu ces hommes qui ont mené une grande révolution pour le recouvrement de la souveraineté nationale ».
Pour sa part, le moudjahid Abdelkader Lamoudi a appelé les jeunes à placer la Patrie au-dessus de tout autre intérêt, affirmant « que rien n’est plus précieux que l’Algérie ». « Nous n’avons rien oublié de cette période où nous n’avions d’autres ambitions que la réponse à l’appel de la Patrie », a-t-il ajouté.
De son côté, le moudjahid Youcef Khatib a exhorté « les jeunes à parachever le parcours et à être les meilleurs successeurs des meilleurs prédécesseurs », soulignant que « la Révolution a été conduite par des jeunes au niveau de Wilaya IV.


Appel à la fidélité au serment des Chouhada

Les ministres des Moudjahidine et de l’Education nationale, respectivement Tayeb Zitouni et Abdelhakim Belabed, ont appelé, mardi, les générations montantes à la préservation de l’Algérie et à la fidélité au serment des Chouhada.
Lors d’une cérémonie organisée au lycée Colonel Lotfi à Ouled Fayet (Ouest d’Alger), à l’occasion de la célébration du 65ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération, les deux ministres ont exhorté les générations montantes à préserver l’unité de l’Algérie en restant fidèles aux valeurs et principes de la Guerre du 1er Novembre et aux sacrifices des Chouhada, affirmant que l’Algérie mérite le dévouement de la part de ses enfants.
A ce propos, M. Zitouni a indiqué que la période difficile que traverse le pays « nous interpelle à l’effet de préserver notre unité et notre stabilité », mettant en avant que tout différend « est possible mais pas au détriment de l’unité, de l’indépendance et de la dignité de l’Algérie ».
Il a appelé, dans ce sens, les enfants de l’Algérie à la science et au savoir pour être à la hauteur des sacrifices de la génération de la Révolution.
A la veille de la célébration de l’anniversaire du déclenchement de la Révolution de Novembre, le ministre a déclaré : « Nous n’oublierons jamais les crimes de la France que nous allons raconter aux générations futures, et nous ne renoncerons jamais à notre revendication qu’est la reconnaissance et l’indemnisation ».
Pour le ministre, les relations entre l’Algérie et la France « ne seront pas à la hauteur de leur état naturel tant que le dossier de la Mémoire entre les deux parties reste en suspens et n’est pas encore réglé ».
M. Zitouni a indiqué que les crimes commis par la France coloniale en Algérie « sont imprescriptibles et inoubliables ».
M. Zitouni a rappelé « le travail énorme » qui attend son secteur et le ministère de l’Education nationale envers les générations à venir, relatif à l’enseignement de l’Histoire de notre pays, appelant, dans ce sens, à accorder à l’Histoire la place qui lui convient dans les programmes du secteur.
De son côté, le ministre de l’Education nationale a mis en avant le rôle de l’Ecole algérienne depuis l’indépendance, faisant savoir que cette dernière « a cherché à ancrer les valeurs de la Révolution du 1er Novembre et ses nobles principes chez la nouvelle génération à travers les méthodes d’enseignement de notre histoire riche en hauts faits ».
Il a souligné, dans ce sens, le souci du ministère de l’Education de renforcer le sentiment d’appartenance chez l’élève et d’ancrer les valeurs de la Révolution et l’amour de la patrie en lui.

Leave a Reply