ORAN

Trafic et consommation de psychotropes : La jeunesse en proie à un phénomène dévastateur

Les services de police ont mis hors d’état de nuire trois malfrats spécialisés dans le trafic de drogue, a-t-on appris ce lundi d’une source bien informée à la Sûreté de la wilaya d’Oran.

Les trafiquants, âgés de 23, 43 et 46 ans, ont été appréhendés par les services de police de la 17e Sûreté urbaine et les éléments de la Brigade de recherche et d’investigation, relevant de la Sûreté de la wilaya d’Oran, et ce, à Haï Yaghmoracen (ex Saint Pierre), Miramar et à Bir El Djir, a-t-on précisé de même source. Des quantités de comprimés psychotropes et de kif traité ont été saisies, a conclu notre source. Les trois individus arrêtés seront prochainement présentés devant le procureur de la République près le tribunal d’Oran. Les opérations d’arrestation de ces individus ont été réalisées dans le cadre d’enquêtes enclenchées sur la base d’informations. Il faut noter, dans ce cadre, que les services sécuritaires mènent ces derniers temps une bataille sans merci contre les réseaux de trafic de drogue. Il ne se passe pas un jour sans que des saisies de stupéfiants soient effectuées dans les quatre coins de la wilaya. Il y a moins d’une semaine, des quantités importantes de psychotropes ont été saisies à Bir El Djir à Haï Sidi El Houari. Un total de 1600 comprimés hallucinogènes de différentes marques a été récupéré par les enquêteurs qui traquent sans relâche les trafiquants qui ont plus que doubler leurs activités ces derniers temps. Les services sécuritaires à Oran sont à pied d’œuvre en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants. En effet, les services de police de la wilaya d’Oran effectuent de manière régulière des saisies de quantités importantes de comprimés psychotropes.  Une moyenne de 500 à 1000 unités hallucinogènes est saisie chaque semaine, selon une estimation faite sur la base des bilans quotidiens des activités des services de police relevant de la Sûreté de la wilaya d’Oran.

13 600 comprimés psychotropes saisis en six mois

Rappelons qu’un total de 13 600 comprimés psychotropes de différentes marques a été saisi depuis le début de l’année en cours jusqu’au mois de juin dernier. Les services de lutte contre le trafic de stupéfiants ont lancé une vraie guerre aux trafiquants, et ce, suite à la hausse qu’a connue ce phénomène ces derniers temps. En effet, le bilan annuel des activités desdits services durant l’année 2018 confirme l’ampleur du phénomène de l’usage des psychotropes qui a pris des proportions alarmantes notamment l’an passé et au cours du premier semestre de cette année. Le bilan met en relief une nette hausse de quantités de comprimés psychotropes saisies par rapport à 2017. Les services de la Sûreté de la wilaya d’Oran ont saisi quelque 39386 comprimés hallucinogènes l’an passé contre 15291 seulement en 2017. Les chiffres communiqués par lesdits services montrent que la saisie effectuée en matière de psychotropes par les services de police a plus que doublé. Toujours selon les chiffres, la quantité saisie durant la période allant du début janvier 2019 à fin juin de la même année est toujours en hausse puisqu’elle est presque égale à celle saisie durant toute l’année 2017. Il est à noter d’autre part que le nombre des affaires ayant trait au trafic de psychotropes a également connu une nette hausse en 2018, où 147.208 comprimés hallucinogènes ont été saisis contre seulement 80.073 en 2017. Ces chiffres démontrent également l’ampleur des efforts fournis par les services de police en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants. Mais la bataille, il faut l’admettre, est loin d’être gagnée. Les services concernés ont encore du pain sur la planche. Notons dans ce cadre qu’il est indispensable de conjuguer les efforts entre différentes institutions pour faire face à cette situation qui devient de plus en plus compliquée car la consommation de psychotropes est un phénomène qui touche actuellement toutes les franges de la société.

La consommation de psychotropes touche les personnes des deux sexes et de tous âges

L’usage de drogue, notamment les comprimés hallucinogènes, ne se limite plus aux jeunes hommes puisque des femmes, jeunes et moins jeunes, des hommes d’âge mur et même des enfants s’adonnent à la consommation de psychotropes. Chose confirmée par les bilans des activités des services sécuritaires qui indiquent souvent l’âge des individus arrêtés soit pour consommation ou pour trafic de drogue. En plus des efforts déployés en matière de lutte contre les réseaux spécialisés dans le trafic de stupéfiants, les services de police de la Sûreté de la wilaya d’Oran misent également sur le travail de sensibilisation. Des campagnes sont organisées tout au long de l’année au profit des différentes franges de la société, notamment les jeunes. Des manifestations sont organisées dans le cadre du travail de proximité au niveau des établissements scolaires et des parcs d’attractions et de loisirs afin de toucher le maximum de citoyens. La Sûreté de wilaya d’Oran, notamment la cellule de communication de cette instance, la Brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants, la Brigade de protection des mineurs, des psychologues ainsi que des spécialistes du centre intermédiaire de soins toxicomanes, avec la participation de représentants de la société civile, organisent des sorties qui sont inscrites dans le cadre des campagnes de proximité, élaborées dans le but d’aider les citoyens et surtout les jeunes toxicomanes à se confier et à reprendre confiance, en plus de sensibiliser l’entourage quant aux dangers de la drogue. Des spécialistes expliquent à ces personnes l’impact de l’usage de drogue sur leur santé et leur vie en général. Ils leur démontrent les dangers de la consommation des stupéfiants sur leurs santé et avenir. Le but de ces campagnes est de toucher surtout les jeunes collégiens ou lycéens pour les mettre en garde sur les pièges dressés par les trafiquants pour leur mettre le grappin dessus car cette catégorie de personnes est très influençable à cause de son jeune âge. Les jeunes peuvent être tentés d’essayer et deviennent facilement indépendants. A travers ces campagnes de sensibilisation, les services de police veulent également se rapprocher des citoyens notamment les plus vulnérables en matière d’addiction aux drogues. Ils mettent en avant leur disponibilité à lutter contre ce fléau qui prend des proportions alarmantes en dépit des moyens importants mobilisés. Il faut noter que les campagnes de sensibilisation contribuent à une prise de conscience quant aux dangers de ces fléaux aux répercussions désastreuses sur la société et la santé.

B Samira  

Leave a Reply