ORAN

Tous pour lutter contre le fléau de la drogue : Les élèves sensibilisés

M.A.J

Les services de police de la Sûreté de Gdyel lancent une campagne de sensibilisation sur les dangers de la drogue, auprès des collégiens de la commune. Une campagne de proximité qui a conduit, en premier lieu, les éléments des services spécialisés dans la lutte contre ce fléau au CEM « Hamada Habib » de Gdyel afin de sensibiliser les collégiens sur les dangers et les conséquences néfastes de la consommation de drogue. La campagne a été bien accueillie par l’ensemble du staff administratif, les enseignants et les élèves en particulier qui n’ont pas hésité à poser des questions pertinentes aux responsables de la police judiciaire de la Sûreté de Gdyel. Cette opération, de grande utilité publique, ciblant notamment les jeunes collégiens victimes de dealers, est une étape importante dans la prévention sur le danger et les répercussions de la drogue sur le comportement de l’individu. En effet, à travers les établissements scolaires, des statistiques inquiétantes relatives au nombre des élèves, garçons et filles, qui fument, qui agressent leurs camarades et qui ne respectent pas leurs profs, montrent un taux de plus en plus élevé d’apprenants qui connaissent aussi l’échec dans les études et une grande déperdition scolaire. , Des difficultés rencontrées dans le système éducatif, gangréné par une délinquance juvénile inquiétante. Les parents, chacun à sa façon, essayent de protéger leurs enfants. Ainsi, le phénomène de l’accompagnement des progénitures jusqu’à l’école est devenu banal, chauffards, kidnappings et lourdeur du cartable obligent. Du point de vue d’un professeur de sociologie au niveau de l’université d’Oran, « le phénomène de la violence au sein des établissements scolaires revient, dans certains cas, à la consommation de stupéfiants et les accès à internet qui ne sont pas contrôlés, cela n’a pas épargné la nouvelle génération qui, elle, semble désorientée, notamment avec les moyens technologiques dont elle dispose, et cela est constaté dans les CEM et lycées avec une violence extrême dans la relation élève-éducateur ». Notre interlocuteur affirmera que certains professeurs et administrateurs n’osent même pas réagir aux caprices et aux actes de vandalisme des élèves, de peur qu’ils ne soient ciblés. Une déclaration qui résume l’état du secteur de l’Education, qui souffre de défaillances et de la mentalité d’une nouvelle génération qui a perdu ses repères.

Leave a Reply