ORAN

Effondrement partiel d’un plafond à l’école Tayeb Nemiche d’Aïn El-Turck : Les parents d’élèves inquiets

  • photo B.S

Les élèves d’une classe de l’école Tayeb Nemiche et leur prof, à Aïn El-Turck, ont vécu un terrible moment, mercredi dernier, suite à l’effondrement partiel du plafond de leur salle de cours.
Les élèves étaient en classe quand une partie du faux-plafond leur est tombée sur la tête, selon les déclarations de certains parents qui se sont rapprochés de notre rédaction pour faire entendre leurs voix aux responsables locaux qui, selon eux, ont faire preuve de négligence. En effet, les parents d’élèves de l’école primaire Tayeb Nemiche ne décolèrent pas, et ce, après avoir organisé un sit-in devant l’établissement scolaire jeudi. Ils veulent que les responsables concernés assument leur responsabilité en faisant le nécessaire en matière de réhabilitation de cet établissement scolaire qui enregistre un état très avancé de dégradation. Les parents d’élèves se disent encore choqués par ce terrible évènement car le bilan aurait pu être terrible si la toiture s’est effondrée entièrement. Notons dans ce contexte qu’aucune victime n’a été signalée. Nos interlocuteurs munis de photos montant différentes parties de cet établissement scolaire, pour démontrer l’état vétuste des lieux, ont expliqué que leurs enfants sont scolarisés dans des conditions, le moindre qu’on puisse dire est qu’elles sont très défavorables. Sur les photos en question, on constate en effet des fissures sur les murs, des traces d’humidité, de moisissure et de fuites d’eau, des faux-plafonds dégradés, de très anciennes poutres qui sont apparentes comme pour confirmer que l’édifice date de l’ère coloniale. On remarque aussi que la toiture est faite de tuiles comme tous les anciennes bâtisses. Les parents qui n’ont pas caché leur peur et leur colère, quant à cette situation mettant en danger leurs enfants, interpellent le wali d’Oran et réclament des solutions urgentes. Ils se disent très inquiets et craignent le pire notamment en cette période pluviale. Ils disent craindre que le drame survenu, en début de ce mois d’octobre, dans un CEM dans la wilaya de Sétif où un élève a perdu la vie et huit autres ont été blessés suite à l’effondrement d’une toiture, ne se reproduise. Il est nécessaire de rappeler dans ce même cadre d’idées qu’un grand nombre d’établissements scolaires, construits durant la période coloniale dans la wilaya d’Oran, sont dans des états de vétusté très avancés et menacent ruine. Il s’agit de centaines d’écoles, de collèges et de lycées qui accueillent toujours des milliers d’élèves malgré le danger qu’ils représentent.

B Samira

Leave a Reply